Le magazine qui analyse les mutations des médias

Une femme regarde une pile de journaux dans un kiosque de presse à Paris le 21 mars 2020 pendant le confinement suite à la pandémie de Covid-19.

Les kiosques parisiens vendent de plus en plus de produits divers (porte-clés, Tour Eiffeil miniature, boissons) pour augmenter leur attractivité et compenser la baisse des ventes de titres de presse.

© Crédits photo : Joël Saget / AFP.

Presstalis : « Ce qui a été décidé ne règle rien »

Le tribunal de commerce de Paris a décidé de placer le principal service de distribution de la presse papier en France en redressement judiciaire avec poursuite de l’activité, mais ses filiales en régions vont être liquidées. Pour Jean-Marie Charon, sociologue spécialiste des médias, une remise à plat du système s’impose.

Photographie de deux personnes assises sur des chaises, utilisant l'une un ordinateur portable et l'autre une tablette tactile.

Sélection d’articles garantis sans Covid-19

Parce qu’on a le droit de s’intéresser aux médias même sans parler d’épidémie !

Covid-19 : le journalisme de solutions se fraie-t-il une place ?

La crise du coronavirus constitue à la fois un sujet hautement anxiogène et une actualité largement couverte par tous les médias. Parmi l’immense majorité de publications journalistiques traditionnelles, certaines choisissent le journalisme de solutions afin de proposer un traitement de l’information constructif.

Comment le 1er avril est tombé à l’eau

Source d’inspiration pour des reportages farfelus, le 1er avril et ses poissons sont passés de mode au fil des années. En cause notamment : la chute de confiance dans les journalistes et l’essor des fake news. Désormais, pour la crédibilité journalistique, il apparaît moins risqué de faire d’un poisson d’avril un sujet de reportage que d’en initier un.

ÉTUDE. Information à la télé et coronavirus : l’INA a mesuré le temps d’antenne historique consacré au Covid-19

Près de 100 000 000 de mots passés à la loupe : l’INA a étudié plus de 8 000 heures de programmes sur les chaînes d’information en  continu, et 400 heures de programmes d’info sur les chaînes historiques, pour déterminer le « temps d’antenne » consacré au coronavirus. Bilan : la médiatisation du Covid-19 et de ses conséquences est un phénomène absolument inédit dans l’histoire de l’information télé.

Portraits d’auteurs

Ophélie
 
Surcouf

Journaliste indépendante

Jean-Paul
 
Simon

Directeur de JPS Public Policy Consulting

Anne-Sophie
 
Novel

Journaliste, autrice et réalisatrice

David
 
Doukhan

Ingénieur de recherche à l’INA

François
 
Quinton

Rédacteur en chef

Justine
 
Rodier

Journaliste à La Revue des médias

Revenir en haut de page