Avec Vine, s'ouvre une nouvelle ère : celle de la social video

Avec Vine, s'ouvre une nouvelle ère : celle de la social video

Si Twitter est le nouveau Facebook, Instagram est le nouveau Twitter : les réseaux sociaux se suivent et se détrônent. Désormais Vine, application de social video, est le nouvel Instagram et fait souffler un vent nouveau sur le secteur. Décryptage.

Temps de lecture : 3 min
« Quand Facebook a acquis Instagram, j’ai dit que nous n’allions pas faire ce que ces gars avaient fait. Nous, nous cherchons the next thing » Ainsi s’exprime Dick Costolo, le P.D.G. de Twitter, dans un article du Wall Street Journal paru le 5 février 2013. Le moins que l’on puisse dire est que cette déclaration n’avait rien d’anodin. En effet, si l’on se réfère à l’actualité récente de la plateforme de micro-blogging, Vine semble bien être cette prochaine nouveauté qui fait sensation. Cette application de partage de vidéo mobile, lancée par Twitter(1) en janvier 2013, permet de filmer et de partager des vidéos en basse définition de 6 secondes maximum. Au cours de la première semaine qui a suivi ce lancement, environ la moitié des vidéos partagées sur Twitter (soit 243 000) provenait de Vine. Preuve ultime de l’importance du phénomène, Facebook n’a pas tardé à répliquer en bloquant le partage des vidéos Vine sur son site(2).

Pour autant, Vine n’est pas à proprement parler un concept nouveau. Les applications vidéo pour appareils mobiles fleurissent depuis deux ans environ mais Vine est la seule à avoir réalisé ce que toutes essayaient en vain : toucher le grand public. Parmi la longue liste de ces applications, on peut citer Tout, Social Cam, Camera, Lightt, Viddy, etc. Elles permettent, avec plus ou moins de fonctionnalités, de capturer des vidéos, de les améliorer avec des filtres et de les partager. D’autres applications, comme iMotion HD ou Motion Cafe, promettent des films en stop-motion. Plus pointue, Cinemagram propose d’animer vos photos et s’inspire directement du boom des GIFs animés mais surtout du Cinemagraph mis au point par le duo formé par la photographe Jamie Beck et le spécialiste de l’animation Kevin Burg. Impossible également de passer sous silence la mini-révolution Tumblr qui doit beaucoup aux sites parodiques en GIFs animés et à une législation floue sur le droit d’auteur en matière de partage d’images. Bref un marché plutôt hétéroclite dans lequel Twitter a décidé de mettre un peu d’ordre.

Le lancement de Vine ne doit évidemment rien au hasard. La mise sur le marché d’applications de vidéos mobiles coïncide avec l’explosion du partage d’images sur les réseaux sociaux, Instagram en tête, dont la courte histoire et le rachat par Facebook font rêver toutes les start-up du genre. Dans le même temps, Pinterest s’est aussi imposé dans la cour des grands puisqu’il se positionne en troisième position des réseaux les plus influents après Facebook et Twitter, s’offrant même le luxe de devenir incontournable en matière de communication. Aujourd’hui la majorité des médias possède un compte Pinterest comme le quotidien Le Monde qui prouve ainsi que la plateforme n’est pas uniquement réservée au lifestyle.

Un certain goût pour l’esthétisme et le besoin d’être plus créatif ne sauraient seuls expliquer le succès de ces plateformes et autres applications de partage d’images et de vidéos. C’est surtout du côté de l’adoption massive de smartphones et de tablettes qu’il faut chercher la raison de cet engouement. Selon le cabinet Gartner, les ventes de smartphones ont augmenté de 47 % en 2012 avec plus de 169 millions d’unités vendues au dernier trimestre. Par ailleurs, le marché des tablettes a progressé de 98 % en 2011. Du côté des usages, sur le milliard d’utilisateurs recensé par Facebook en décembre 2012, 680 millions ont utilisé sa version mobile. Enfin, Twitter a publié en février 2013 une étude(3) qui révèle que 60 % de ses 200 millions d’utilisateurs se connectent à la plateforme via un mobile. Autre donnée intéressante sur la nature des usages des mobinautes : l’utilisation quasi continue de Twitter tout au long de la journée.
 

Dans ce contexte, il est aisé d’imaginer que le partage instantané d’images et de short videos, plus facile encore que la rédaction d’un tweet de 140 caractères, va prendre de l’ampleur.
 
 Les utilisateurs de Twitter sur mobile se connectent à
l'application en continu tout au long de la journée
Dès lors que ces usages atteignent le grand public, ils trouvent logiquement un écho dans la sphère professionnelle et dans ce cas précis, dans l’univers des médias et de la communication. Aujourd’hui chacun, équipé d’un smartphone, peut s’improviser reporter et partager une breaking news en photo ou vidéo sur les réseaux sociaux, ou vendre ces témoignages pris sur le vif à des agences de presse. Évidemment quand c’est un journaliste qui tient le smartphone, le travail de sourcing est simplifié, voilà pourquoi ceux-ci ont intérêt à s’emparer au plus vite de ces applications qui vont progressivement s’immiscer dans leurs pratiques.

Un des premiers à prendre le train de la social video fut le Wall Street Journal. En pleine élection présidentielle américaine, fin 2012, le journal lance WSJ Worldstream, une plateforme de microblogging sur laquelle sont publiées de courtes vidéos propulsées par l’application Tout.
 

La curation des vidéos se fait par une équipe de journalistes du WSJ. L’application est également disponible sur smartphone et tablette, supports sur lesquels la consultation de vidéos basse définition est particulièrement adaptée. En France, pour le moment l’utilisation de Vine à des fins journalistiques est balbutiante et a été observée, par exemple, lors de la couverture des dernières Fashion weeks ou pour la promotion d’artistes comme le chanteur Tété à l’occasion d’un chat avec la version online du quotidien gratuit 20 minutes.

Des usages qui certes, ne bouleversent pas encore les codes des professionnels de l’information mais qui sont, à n’en pas douter, annonciateurs de nouvelles tendances qu’il serait inopportun de négliger. Dick Costolo avait vu juste : Vine et plus généralement la social video n’en sont qu’à leurs débuts et compteront assurément dans les années à venir.

--
Crédits photos :
- Image principale : clasesdeperiodismo / Flickr
- Image promotionnelle Vine
- Illutration provenant de l'étude Compete de février 2013 Primary mobile user on Twitter
- Capture d'écran de WSJ Worldstream

- Capture d'écran du compte Twitter @tetemusic




(1)

Même si un léger flou subsiste quant à sa paternité, pour le grand public cette application restera liée à Twitter. 




(2)

Comme l’avait fait Twitter avec la prévisualisation des photos Instagram auparavant.




(3)

Étude réalisée par le cabinet Compete sur les utilisateurs aux États-Unis uniquement. 

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également