Écosystème

L'évolution des médias du côté des acteurs 

    Profession « fixeur » : ces Ukrainiens qui aident les journalistes à raconter la guerre

    Sans eux, la guerre ne pourrait être décrite et documentée. « Eux », ce sont les fixeurs, celles et ceux qui, malgré les risques, guident les journalistes étrangers à travers leur propre pays, devenu champ de bataille. Qui sont-ils, quel est leur rôle exact, en quoi est-il essentiel ? Des reporters français, présents en Ukraine depuis le début du conflit, racontent.

    Guerre en Ukraine : opérations de manipulation en cours dans la sphère de la « dark information » française

    La guerre en Ukraine est récupérée par les producteurs français de désinformation. On y croise des apprentis journalistes qui jouent aux pieds nickelés en Ukraine pour y déverser leur rejet de l'immigration. Des groupes Telegram qui crient à la « censure » après l'interdiction de RT (ex-Russia Today) en France. Et même Booba et ses 5,6 millions d'abonnés sur Twitter. Récit.

    « Nous sommes nous-même perçus comme l’ennemi » : les équipes de RT France veulent convaincre de leur indépendance

    À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février, la Commission européenne a décidé de suspendre, à compter du 2 mars, la diffusion des contenus des chaînes d’influence RT (ex-Russia Today) et Sputnik dans l’ensemble des pays de l’UE. Les journalistes de la branche française de RT se disent déconcertés par cette annonce.

    Prolonger les enquêtes, créer le débat : pourquoi Mediapart sort le film « Media Crash »

    Le film Media Crash, coproduit par Mediapart et Premières Lignes, sort ce 16 février au cinéma. Avec lui, le journal d’investigation en ligne entend rendre visibles les effets négatifs de la concentration des médias sur l’information. Et susciter le débat. Entretien avec ses réalisateurs, Valentine Oberti et Luc Hermann.

    Netflix, Amazon et Disney pourront proposer des films plus rapidement après leur sortie en salles

    La nouvelle chronologie des médias raccourci considérablement le délai de disponibilité des films Netflix, Amazon Prime Video ou Disney+. Une adaptation logique qui finalise l’intégration des plateformes SVOD américaines à l’écosystème français. De son coté, Canal+ conserve une place centrale dans le financement et la diffusion des œuvres cinématographiques.