Montage de différentes captures d'écran du professeur Didier Raoult sur les quatre chaînes françaises d'information en continu

Montage de différentes captures d'écran de reportages sur Didier Raoult diffusés sur des chaînes d'info en continu.

© Crédits photo : CNews, LCI, BFMTV, franceinfo: / Capture d'écran. Montage : La Revue des médias.

ÉTUDE INA. Comment Didier Raoult et la chloroquine ont surgi dans le traitement médiatique du coronavirus

La Revue des médias de l'INA décortique la deuxième semaine de médiatisation intensive du Covid-19, et notamment la manière dont le docteur Didier Raoult et la chloroquine se sont incrustés sur nos écrans et nos timelines.

Temps de lecture : 8 min

Quand et comment Didier Raoult a-t-il commencé à être médiatisé à la télévision et sur les réseaux sociaux ? Où les théories, controversées au sein de la communauté scientifique, de ce professeur assurant que le Covid-19 pourrait être traité grâce à la chloroquine, portent-elles le plus ? Qui sont ceux qui relaient, en ligne, la position de Didier Raoult ? La Revue des médias de l’INA, dans la foulée de sa première publication «Information à la télé et coronavirus : l’INA a mesuré le temps d’antenne historique consacré au Covid-19 », a décortiqué le traitement médiatique de la deuxième semaine du pic informationnel traitant du coronavirus, entre le lundi 23 et le dimanche 29 mars inclus.

Voici les principaux enseignements de ce travail, conduit, pour tout ce qui relève de l'observation quantitative des chaînes de télévision, grâce à la plateforme OTMedia, développée par Nicolas Hervé, chercheur à l'INA et auteur d'une étude itérative sur la médiatisation du coronavirus. Cet article prend également appui, pour toute l'observation de Facebook, sur la plateforme Crowdtangle, rachetée en 2016 par le réseau social, et qui la met gratuitement à disposition des médias ; Crowdtangle constitue à ce jour la seule brèche entrouverte par Facebook pour permettre d'analyser la diffusion de l'information sur sa plateforme.

1. Les chaînes info ont ENCORE PLUS parlé du coronavirus et du confinement

En vous présentant l'analyse de la première semaine du pic informationnel lié au coronavirus, nous vous avions parlé, mardi 24 mars, d'un événement médiatique « historique », avec 378 heures de médiatisation sur une semaine sur les chaînes info. Eh bien… il va encore falloir encore changer les superlatifs. L'intensité médiatique de la couverture du coronavirus, mesurée sur les quatre chaînes françaises d'information en continu, a été encore plus élevée entre le lundi 23 et le dimanche 29 mars, lors de la deuxième semaine de confinement généralisé.

C'est, en effet, cette fois, un total de 401 heures qui ont été consacrées au coronavirus et à ses conséquences, selon les calculs de l'INA effectués avec la plateforme OTMedia, soit une part d’antenne de 79,6 % contre 74,9 % la semaine précédente. Cela représente une durée totale cumulée moyenne de 14 heures 20 minutes d'antenne par jour, sur une durée totale de 18 heures d'antenne mesurée par l'INA, sur la tranche 6h - minuit. Dans le détail, le chiffre est de 14 heures 32 minutes sur LCI, 14 heures 30 minutes sur BFMTV, 14 heures 27 minutes sur franceinfo:, et 13 heures 51 minutes sur CNews. 

Voici, pour bien saisir l'intensité de ce pic, le temps d'antenne consacré au coronavirus entre le 15 février et le 29 mars, sur les quatre chaînes info françaises :

Temps d'antenne consacré au coronavirus entre le 15 février et le 29 mars, sur les quatre chaînes info françaises.
Temps d'antenne consacré au coronavirus entre le 15 février et le 29 mars, sur les quatre chaînes info françaises.

Ce chiffre est d'autant plus important à mesurer que les audiences des chaînes info, mesurées par l'institut Médiamétrie, enregistrent des records. BFMTV était ainsi, au cours du mois de mars, la cinquième chaîne française, passant d'une part d'audience de 2,2 % en février 2020, à 4,1 % en mars (PDF).

2. Didier Raoult et la chloroquine sont LE nouveau sujet de la semaine

Nous avons également mesuré, toujours avec la plateforme OTMedia, l'apparition et l'importance consacrée, sur différents supports, au professeur Didier Raoult, qui a assuré, dans deux études controversées publiées les 20 et 27 mars, avoir trouvé un traitement efficace contre le Covid-19, la chloroquine. L'apparition dans le débat de ce professeur de médecine, directeur de I'institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection, à Marseille, constitue clairement l'information neuve traitée abondamment sur les chaînes info au cours de la deuxième semaine.

Sur la semaine du 23 au 29 mars, BFMTV n'a pas hésité à prononcer « chloroquine » jusqu'à 35 fois par heure

Ci-dessous, la timeline du traitement éditorial de Didier Raoult et de la chloroquine sur l'antenne linéaire de BFMTV entre le 1er mars et le 29 mars montre que le sujet était totalement absent du traitement médiatique dans les premières semaines de mars. À l'inverse, sur la semaine du 23 au 29 mars, BFMTV n'a pas hésité à prononcer les mots « chloroquine » jusqu'à 35 fois par heure, et « Didier Raoult » jusqu'à 15 fois par heure — les résultats sont d'ailleurs largement identiques sur les autres chaînes d'info continue.

 

Nombre de prononciations des termes « chloroquine » et « Raoult » sur BFMTV entre le 1er mars et le 29 mars.
Nombre de prononciations des termes « chloroquine » et « Raoult » sur BFMTV entre le 1er mars et le 29 mars.

Dans le détail, BFMTV a été le média le plus en avance sur le traitement du sujet chloroquine, mentionnant le nom près de 250 fois au cours de la journée du dimanche 22 mars, deux jours après la parution, sous forme de pré-publication, des premiers résultats d’un traitement expérimental fondé sur l’usage de l’hydroxychloroquine.

Comparaison du nombre de prononciations des termes « chloroquine » et « Raoult » sur les différentes chaînes françaises d’information en continu entre le 15 mars et le 29 mars.
Comparaison du nombre de prononciations des termes « chloroquine » et « Raoult » sur les différentes chaînes françaises d’information en continu entre le 15 mars et le 29 mars.

3. Sur les réseaux sociaux, le groupe des soutiens de Didier Raoult balaye les médias traditionnels

Le plus saisissant avec le surgissement de la figure de Didier Raoult dans le débat public n'est pas tant le temps d'antenne qui lui a été consacré ni même ses « mentions » sur les antennes des chaînes d'info. Son poids dans l'actualité peut également être mesuré par son impact sur les réseaux sociaux, qui a déjà été abordé, notamment dans cet article de BFM Tech.

Nous avons choisi, à La Revue des médias, de nous intéresser plus spécifiquement à l'impact des thèses défendues par Didier Raoult sur Facebook. Avec l'outil Crowdtangle, nous avons ainsi évalué la portée du groupe Facebook ouvert « Didier Raoult Vs Coronavirus », créé le 20 mars 2020, de manière concomitante à la pré-publication de la première étude signée Didier Raoult sur le sujet du Covid-19, et qui a réuni, en quelques jours, 370 000 membres. Nous avons choisi d'étudier précisément le nombre de fois où les publications du groupe avaient été partagées, via la fonctionnalité « share », dans les fils d’actualité des utilisateurs de Facebook en France. Le partage d'un contenu peut en effet être vu, sur Facebook, comme une forme d'adhésion très forte à celui-ci : quand bien même il n'est souvent ni lu en intégralité ni même cliqué, un contenu partagé est en tout cas un contenu qu'un internaute décide sciemment de s'approprier et de présenter à ses amis, un contenu qu'il est par la suite susceptible de défendre auprès d'eux.

Du lundi 23 au dimanche 29 mars, les quelque 21 000 messages publiés dans le groupe « Didier Raoult Vs Coronavirus » ont ainsi généré 4 850 000 interactions (likes, commentaires, …) dont, très exactement 1 627 007 partages. Pour comprendre en quoi ce chiffre est réellement phénoménal, nous l'avons comparé au nombre de partages générés par des médias traditionnels, et par les pages de communication institutionnelle du gouvernement.

Le graphique ci-dessous est sans appel : les publications du groupe ouvert « Didier Raoult Vs Coronavirus » ont généré, sur la semaine du 23 au 29 mars, plus de partages que toutes les pages des médias traditionnels BFMTV, franceinfo, CNews, LCI, Le Monde et Le Figaro réunies. Ces six médias traditionnels totalisent en effet sur Facebook 1 602 222 partages de leurs contenus — le plus partagé de ces six médias, BFMTV, n'a généré sur la même période de temps « que » 698 425 partages de ses publications —, soit trois fois moins que le groupe Facebook des supporters de Didier Raoult. Les publications cumulées des 18 pages Facebook de l'exécutif étudiées par l'INA plafonnent, elles, à 287 868 partages, soit près de six fois moins que les publications du groupe « Didier Raoult Vs Coronavirus ».

 

4. Les limites de la comparaison avec les « gilets jaunes »

« Faut il remettre le prix Nobel à Didier Raoult ? », « Coup d'etat: A Marseille les medecins prennent le pouvoir et envoient chier les politicards! », « Quelle que soit l'issue des tests, on peut saluer le courage du Pr.Raoult. Le monde a besoin d'hommes comme lui 💚💚💚 », « VOICI L'HOMME DE L'ANNÉE 2020 DANS LE MONDE. ENVOYONS LUI DES ÉMOTICÔNES POUR L'ENCOURAGER », « En pénurie de masques , de tests , de solutions hydro alcoolique, de gants , de #chloroquine. Mais où passent nos impôts ,nos charges sociales pour le pays 🇫🇷qui prétend avoir depuis 30 ans le meilleur système de Santé au Monde 😡😡😡 ». Les messages postés par les membres du groupes, ici choisis dans le top 100 des publications ayant entraîné le plus d'interactions, surfent, sans surprise, entre l'adoration de Didier Raoult, et le rejet des politiques, coupables de ne pas s'intéresser au héros marseillais, selon ses fans. On pourrait trouver, à première vue, une certaine analogie entre ce groupe Facebook pro-Didier Raoult et le mouvement des « gilets jaunes », qui, lui aussi, avait largement profité du format « groupes » de Facebook, comme l'avait analysé Libération.

Pourtant, parmi le profil des administrateurs de la page, qui étaient quatre vendredi, puis six dimanche, selon les constatations de l'INA, plusieurs profils interpellent. L'un est un Youtubeur de 22 ans, spécialisé dans le test de produits high-tech, rompu à la communication numérique, et affiche fièrement près de 100 000 abonnés sur sa chaîne YouTube — sollicité par l'INA, il n'a pas donné suite à notre proposition d'entretien. Un autre a été maire, divers droite, d'une commune d’environ 30 000 habitants de la région parisienne pendant près de vingt ans. Une autre encore est cadre supérieure dans le tertiaire. Bref, tous semblent afficher un capital social et culturel important, et plus particulièrement une maîtrise de la prise de parole et de la production de contenus de communication à un niveau professionnel. Nous sommes a priori très loin des premiers créateurs de groupes Facebook pro-«gilets jaunes ».

Et cela se ressent dans certaines publications des administrateurs… qui empruntent tous les codes des médias professionnels. Samedi 28 mars, dans la soirée, le fameux administrateur  du groupe Facebook et youtubeur poste une interview « exclusive », avec l'un des proches de Didier Raoult, un autre professeur de médecine de l'IHU de Marseille, Eric Chabrière. Le format est éminemment journalistique — c'est un très classique « trois questions à ». Le sourcing de l'interview est également très propre : « commente en exclusivité pour notre groupe », ainsi que l'écrit l'administrateur sur le groupe, c'est précis, emprunte aux codes des médias classiques... De quoi faire pro et proche à la fois. Évidemment, les questions, elles, ne sont guère dérangeantes : on ne verrait pas forcément la différence avec les pages d'un magazine institutionnel de l'IHU de Marseille... 

Ces quelques indices penchent donc pour une irruption de Didier Raoult sur les lieux clés du débat numérique un peu moins spontanée que la mobilisation des « gilets jaunes ».

À suivre !

Quelques précisions méthodologiques :

- Tous les points déjà expliqués sur l'utilisation d'OTMedia restent absolument valables ; le vocabulaire employé pour faire des comparaisons entre les deux volets de cette enquête sont identiques.

- Concernant le corpus des pages Facebook du gouvernement, ont été prises en compte les dix-huit pages suivantes : Emmanuel Macron, Élysée – Présidence de la République française, Edouard Philippe, Gouvernement, Ministère des solidarités et de la santé, Éducation nationale, France Diplomatie, Ministère Cohésion des territoires & Relations avec les collectivités, Ministère de la Transition écologique et solidaire, Ministère de l'Économie et des Finances, de l'Action et des Comptes publics, Ministère de l'Intérieur, Ministère des outre-mer, Ministère des Sports, Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche, et de l'Innovation, Ministère de la Justice, Ministère des Affaires Étrangères et Européennes, Ministère des Armées, Ministère du travail.

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également

ÉTUDE. Information à la télé et coronavirus : l’INA a mesuré le temps d’antenne historique consacré au Covid-19

Près de 100 000 000 de mots passés à la loupe : l’INA a étudié plus de 8 000 heures de programmes sur les chaînes d’information en  continu, et 400 heures de programmes d’info sur les chaînes historiques, pour déterminer le « temps d’antenne » consacré au coronavirus. Bilan : la médiatisation du Covid-19 et de ses conséquences est un phénomène absolument inédit dans l’histoire de l’information télé.