Illustration d'Alice Durand représentant quatre réalisateurs au premier plan chacun tenant une caméra, derrière eux, au deuxième plan, une réalisatrice l'air hagard

© Crédits photo : La Revue des médias. Illustration : Alice Durand.

ÉTUDE INA. À la télé, près de neuf réalisateurs de fictions sur dix sont des hommes

La Revue des médias de l’INA dévoile les résultats d’une étude inédite, menée grâce aux équipes de la Recherche de l’INA et en collaboration avec l’association « Pour les Femmes dans les Médias », mesurant la place accordée aux femmes dans les fictions diffusées à la télévision, tant derrière la caméra, comme réalisatrices, qu’à l’écran, via leur temps de parole. Entre 2008 et 2018, seuls 12 % des réalisateurs des fictions diffusées sur les chaînes de télé étaient ainsi des réalisatrices, et les personnages féminins parlaient près de moitié moins que les hommes ! Au-delà de ces constats chiffrés, des diffuseurs, des producteurs, des réalisateurs, esquissent les solutions possibles.

Temps de lecture : 15 min

« J'ai fait toute ma carrière en pensant que tout ce que je n'avais pas, c'était parce que j'étais moins bonne… Or je vois des collègues masculins, ni meilleurs ni moins bons, dont les téléphones sonnent beaucoup plus… » Le constat énoncé, pour La Revue des Médias de l’INA, par la réalisatrice Léa Fazer, qui a notamment réalisé plusieurs volets de la série de thrillers historiques « Mystère à… », diffusés en prime time sur France 2, est implacable : à la télévision française, le petit clan des réalisateurs de fictions est éminemment masculin, qu’il s’agisse de films ou de séries.

Cette observation, plusieurs études l’ont quantifiée sur de petits échantillons de temps. Ainsi, sur l’année 2018, le Centre national de la cinématographie, le CNC, a-t-il établi que seules 8 % des fictions diffusées à la télévision avaient été réalisées par une femme — le chiffre s’établissant à 18 % dans le cas des co-réalisations. Une proportion qui apparait en retrait par rapport au monde du cinéma, qui, tout en restant très loin de la parité, affiche des chiffres un peu plus élevés : en France, le CNC a par exemple mesuré que 27 % des films sortis en 2017 avaient été réalisés par des femmes, quand le Conseil de l’Europe, dans une étude portant sur la période 2003-2017, décomptait que les femmes représentaient 21 % des réalisateurs de films produits dans plus d’une trentaine de pays européens.

Pour la première fois, La Revue des médias de l’INA, grâce aux travaux et analyses des équipes de la Recherche de l’INA, et sur une idée de l’association « Pour les Femmes dans les Médias », s’est attachée à établir un constat chiffré de long terme sur la place des femmes dans la fiction diffusée à la télévision sur une période de dix ans, entre 2008 et 2018, tant « derrière la caméra », à la réalisation, qu’à l’écran, via une mesure du temps de parole des personnages féminins dans les fictions.

Neuf hommes réalisateurs sur dix dans les fictions diffusées à la télé française entre 2008 et 2018

Dans le premier cas, il s’est agi de mesurer, sur cette période, la part de réalisatrices dans les fictions de tous genres, du film d’animation à la série en passant par le film ou le téléfilm unitaire, programmées en primo-diffusion ou en rediffusion, sur les chaînes historiques — TF1, France 2, France 3, Canal+, France 5, Arte et M6. Autrement dit : établir une photographie précise de la part des femmes réalisatrices dans l’offre proposée au téléspectateur français.

Seuls 12 % des réalisateurs des fictions programmées entre 2008 et 2018 sont des réalisatrices

Le résultat est sans appel, et confirme largement l’observation énoncée par la réalisatrice Léa Fazer. Des hommes sont effectivement à une écrasante majorité les réalisateurs des fictions programmées par les chaînes de télévision françaises : seuls 12 % des réalisateurs des fictions programmées entre 2008 et 2018 sont des réalisatrices. La tendance longue montre une amélioration, réelle, mais qui reste très limitée : cette proportion a augmenté de quasiment cinq points entre 2008 et 2018, passant de 10 % à 15 %, mais la hausse n’est pas continue, et des reculs ont par ailleurs été enregistrés.

« Malgré les volontés affichées d'aller vers la parité, les choses avancent très doucement, à un rythme qui n'est absolument pas satisfaisant, commente, pour La Revue des médias, Sarah Lécossais, maîtresse de conférences à l’université Paris-XIII, spécialiste de la représentation médiatique du genre, notamment dans les séries TV. On voit qu’il est très compliqué d'être une femme réalisatrice, d'avoir des films financés et d'être recrutée ! » Geneviève Sellier, professeure émérite à l’université de Bordeaux, et déjà co-autrice d’un article sur les rôles de femmes dans les fictions TV françaises pour La Revue des médias, pointe, elle, une différence assez structurelle entre les mondes du cinéma et de la télévision : « On peut faire l'hypothèse qu’il existe des verrouillages extrêmement efficaces à la télévision, notamment concernant la programmation de films, car les directions sont tenues, en général, par des hommes. Le monde du cinéma est plus éclaté, la diversité plus grande et les femmes arrivent à se faufiler. »

Les personnages masculins squattent aussi le temps de parole : deux tiers pour les hommes, un tiers pour les femmes

Pour qualifier la représentation des femmes à l’écran, l’INA a également cherché à calculer le temps de parole donné aux femmes dans les fictions programmées et, pour cela, a étudié automatiquement le temps de parole des femmes et des hommes dans 54 000 des diffusions du corpus total, à l’aide du logiciel open source inaSpeechSegmenter, développé par l’INA.

Là encore, le verdict est sans appel : les personnages féminins disposent de seulement 35,4 % du temps de parole, contre 64,6 % pour les personnages masculins. Ce rapport de deux tiers de temps de parole des hommes versus un tiers de temps de parole des femmes est d’ailleurs assez proche de celui qui avait été établi par l’INA, suivant la même méthode, sur 700.000 heures de programmes télé diffusés entre 2010 et 2018, tous types de programmes confondus, y compris les programmes de flux.

Le taux de parole des femmes atteint son plus bas dans les fictions réalisées uniquement par des hommes

En matière de fiction, l’influence du genre du ou des réalisateurs est par ailleurs un facteur qui influe sur le temps de parole des femmes : le taux de parole des femmes atteint son plus bas dans les fictions réalisées uniquement par des hommes, avec 34,6 %. Il dépasse en revanche la moyenne du temps de parole mesuré en général dans le cas des fictions réalisées uniquement par des femmes, à 38,2 %, et devient maximal dans les fictions coréalisées par des hommes et des femmes, avec un taux de parole de 40,8 %. À titre de comparaison, aux États-Unis, Google avait évalué en 2017 que les hommes étaient près de deux fois plus vus et entendus que les femmes dans les 100 premiers films au box-office sur la période 2014 - 2016.

Dans le détail : TF1 et France 2 en tête de classement pour la part des réalisatrices

Concernant le détail de la mesure de la part des réalisatrices dans les fictions diffusées sur la période 2008-2018, une disparité réelle apparaît concernant les chaînes. TF1, avec une proportion de 15,76 % de femmes réalisatrices, en compte ainsi deux fois plus que France 3, bon dernier avec 7,38 % de femmes réalisatrices. Entre ces deux extrêmes, on trouve, dans l’ordre décroissant, Canal+, avec 15,33 %, France 2, à 14,38 %, Arte, à 13,91 %, M6, à 13,27 %, et France 5, à 9,29 %.

Sur l’ensemble de la période concernée, les dynamiques mesurées dessinent plusieurs « groupes » distincts chez les diffuseurs.

  • TF1 et France 2, qui font en 2018 nettement la course en tête sur la question de la proportion de femmes réalisatrices, avec 28 % de fictions diffusées réalisées par des femmes chez TF1 et 23 % chez France 2, étaient pourtant fortement en retard en 2008, avec respectivement 10 % et 9 % de femmes réalisatrices. Les deux chaînes ont connu des hausses (relativement) continues, qui ont été très marquées, pour les deux chaînes, à partir de 2016. Auprès de La Revue des médias, Anne Holmes, directrice des créations originales de France Télévisions, avance, comme possible explication, une politique de séries plus affirmée : « Lorsque vous avez une réalisatrice qui fait une série, elle fait huit films, cela augmente mécaniquement les chiffres. »

 

  • Canal+ et Arte font également partie des chaînes dont le taux de réalisatrices dans les diffusions de fictions a évolué positivement sur la période, mais on relèvera que ce taux était déjà supérieur à la moyenne en 2008, et que la hausse générale sur la période est moins marquée. La chaîne franco-allemande est ainsi passée de 13 % à 15 %, tandis que la chaîne cryptée a vu le taux de réalisatrices augmenter de trois points entre 2008 et 2018, passant de 16 % à 19 %.

 

  • France 3, tout en ayant doublé en dix ans le taux de réalisatrices, passant de 3 % à 7 %, reste toutefois la chaîne où celui-ci est le plus faible, une place occupée de manière quasi continue sur l’intégralité de la période.

 

  • Enfin, chez France 5 et M6, la part de réalisatrices est en baisse : une baisse de un point sur dix ans, avec des évolutions en dents de scie, et dans un volume général de fictions diffusées assez faible sur France 5, notamment hors du genre de l’animation ; mais une chute quasi ininterrompue sur M6. Ainsi, au début de la période étudiée, M6 était la chaîne qui programmait le plus de fictions réalisées par des femmes, 20 % en 2009, alors qu’elle n’en compte en 2018 plus que 8 %, soit une chute de 10 points en 10 ans.

Moins de réalisatrices sur le service public que dans le privé

Sur l’ensemble de la période considérée, on constate une plus forte proportion de réalisatrices dans les diffusions de fictions sur les chaînes privées, avec un taux moyen de 15 %, contre 9 % pour les chaînes publiques. Sur les chaînes privées, ce taux augmente sensiblement à partir de 2016, avec une évolution portée par TF1 et Canal+, et s’établissait en 2018 à 20 %, soit deux fois plus que sur les chaînes publiques. Arielle Saracco, directrice de la création originale de Canal+, assure même que « 50 % des séries diffusées en 2019 ont été réalisées par des femmes ».

Le service public « moins disant » que les diffuseurs privés ? Anne Holmes, la directrice des créations originales à France Télévisions, avance un argument pour expliquer cet écart : « Lorsque les réalisatrices sont sur une autre chaîne, elles ne peuvent pas venir chez moi. Il y a un moment où, fatalement, nous sommes face à un système de vases communicants. Le problème aujourd’hui, ce n’est pas d’avoir des réalisatrices, c’est d’en former. »

Productions françaises : de nets progrès mais la parité reste loin

Les fictions diffusées à la télévision sont produites soit en France (36 %), soit à l’étranger (47 %), soit en coproduction avec un ou des pays étrangers (17 %). Au fil des ans, c’est dans les diffusions de productions françaises que l’on retrouve le plus de réalisatrices : 14 % en moyenne (19 % en 2009 ; 8 % en 2014 ; 15 % en 2018). Dans les coproductions, la hausse est plus constante (18 % en 2018, contre 6 % en 2008), avec une moyenne à 11 % sur la période considérée. C’est autant que dans le cadre des productions étrangères, où le taux varie peu (10 % en 2008 et 11 % en 2018).

Que l’on considère l’ensemble de la période, l’année, le secteur, le type de programme ou l’origine de production, les femmes réalisatrices restent, à ce jour, très minoritaires dans les diffusions de la télévision française.

Un genre se détache : les séries

Si dans les fictions unitaires, c’est-à-dire les films et une partie des téléfilms, le taux de réalisatrices reste plus ou moins constant sur la période observée, celui-ci a presque doublé lorsque l’on s’intéresse au genre des séries, avec une forte progression à partir de 2015, pour atteindre 14 % en 2018.

L’augmentation récente de la proportion de femmes réalisatrices dans les fictions diffusées viendrait donc notamment de la multiplication du nombre de créatrices de séries, à l’image de Fanny Herrero pour Dix pour cent, note Geneviève Sellier. La chercheuse pointe un phénomène de cooptation en faveur des réalisateurs qui expliquerait ce faible nombre de réalisatrices. « Jusqu’à une période très récente, des hommes majoritairement faisaient les bibles des séries, les concevaient. On se choisit entre soi, c’est d’une banalité absolue. »

« Jusqu’à une période très récente, des hommes majoritairement faisaient les bibles des séries, les concevaient »

Genevière Sellier

Elsa Marpeau, scénariste de Capitaine Marleau, série à succès diffusée depuis 2015 sur France 3, pointe de son côté le rôle prépondérant du producteur dans le processus de sélection des réalisateurs de séries. «Le scénariste ou le créateur de série a très peu voix au chapitre, estime-t-elle. En réalité c'est le producteur qui décide la plupart du temps. Ceux avec qui je travaille cherchent souvent à employer des femmes. » Mais ils se heurtent à la difficulté des « premiers pas » dans le milieu très fermé de la réalisation : « La question est de savoir comment on perce dans ce monde, et c’est très compliqué. Un producteur doit être persuadé que, pour faire de la fiction prime time, il aura quelqu’un qui ira jusqu'au bout, saura gérer une équipe. Il y a beaucoup d'argent en jeu. »

Producteur et co-fondateur de Mother Production, derrière notamment la série Dix pour cent, Harold Valentin estime, lui, les responsabilités partagées entre diffuseurs et producteurs. « Il y a une forme de misogynie qui fait que l’on considère les femmes moins capables de commander un navire aussi important qu’une série, reconnaît-il. Dès lors qu’elles n’ont pas écrit ou co-écrit le scénario, il y a une forme de sexisme, de conservatisme, de paresse à chercher des réalisatrices. » De fait, les premiers pas de femmes dans le domaine de la réalisation pour la télévision seraient particulièrement compliqués, ce qui représente un « risque ». « Un risque d’innovation, précise Harold Valentin. Il y a toujours un risque de nommer en charge d’une série quelqu'un, indépendamment de son sexe, qui n'en a jamais fait. La télévision est une œuvre plus collaborative qu’au cinéma, car il faut travailler avec la chaîne, avec les auteurs. Au cinéma, le réalisateur est maître absolu de son objet. »

 « Dans une industrie à risques, on recrute ceux que l’on connaît »

Sarah Lécossais reconnaît elle aussi que les modes de recrutement d’une industrie sensible comme l’audiovisuel peuvent expliquer beaucoup de choses. « Dans une industrie à risque, on recrute plus facilement ceux que l'on connaît, donc ce sont souvent des hommes qui recrutent des hommes. Il faudrait faire confiance aux femmes, à leur talent, et ne pas les minorer dans leur capacité à « tenir » une équipe sur un plateau. Il y a peu de réalisatrices, et encore moins de réalisatrices non-blanches par exemple, visibles, connues, financées… Le mouvement autour de la parité est intéressant, mais il ne faut pas que ça cache le reste. »

« Homme ou femme, pour la première œuvre, on fait un pari, admet Anne Holmes, chez France Télévisions. Je ne sais pas comment faire autrement que prendre des risques avec quelqu’un qui n’a jamais rien fait. C’est ce que l’on fait souvent dans le service public, en mettant en avant des femmes qui sont motivées. » Durant l’entretien, Anne Holmes aborde d’elle-même un élément d’explication : « Est-ce que dans l’inconscient collectif, et pendant des années, on a davantage parié sur des hommes que sur des femmes, car cela aurait été plus sécurisant ? C’est possible. » La directrice évoque aussi le fait qu’elle n’a jamais reçu dans son bureau de réalisatrices venues se plaindre de cette situation. « Mais aujourd’hui c’est un sujet. »

« C’est un mécanisme fatal, une discrimination qui ne dit pas son nom »

Léa Fazer

Léa Fazer, la réalisatrice des « Mystère à… » pour France 2, voit là une sorte de cercle vicieux : « Ce sont des métiers d'expérience : plus on tourne, meilleurs on est, plus on est crédible. Et inversement. C’est un mécanisme fatal, une discrimination qui ne dit pas son nom. Il est très douloureux pour les réalisatrices de ne jamais savoir que c'est parce que ce sont des femmes qu'elles ont cette carrière avec moins d’opportunités… »

Des quotas : pour France Télévisions, c’est oui

Une fois le diagnostic posé, quelles sont les solutions pour faire en sorte que la parité soit atteinte ? Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, a annoncé, en novembre 2019, l’établissement de quotas. « Dès 2020, nous mettrons en place des quotas, pour les femmes réalisatrices pour commencer, et de manière plus étendue à l'ensemble des créateurs », promettait ainsi Delphine Ernotte à l’occasion des Assises de la parité et de la diversité au cinéma, sans toutefois chiffrer les quotas, et précisant également que le groupe imposerait, dès à présent, « dans l’ensemble de [ses] contrats de production une clause de la diversité [exigeant] des sociétés de production, que leurs équipes de tournage, d’écriture et artistiques reflètent la diversité de la société française ».

« Il faudrait imposer une parité. Certaines choses changent, mais honnêtement, au point où on est, je ne sais pas comment les lignes pourraient bouger sans quota », estime la scénariste Elsa Marpeau. La réalisatrice Léa Fazer juge elle aussi les quotas « indispensables », estimant par ailleurs qu’il existe « de fait » des quotas pour les hommes. Pour l’universitaire Sarah Lécossais, si les quotas peuvent aider à réduire les écarts, ils pourraient toutefois générer des discours très désagréables pour les femmes : « Il ne faudrait pas qu’on en vienne à dire que si elles ont été recrutées, c'est parce qu'elles sont des femmes, parce qu'il y a des quotas, et non parce qu'elles sont légitimes. D’ailleurs, les hommes majoritairement recrutés ne prennent jamais comme argument le fait qu'ils sont recrutés parce qu'hommes, alors que c'est en partie le cas. Il y a toujours cette idée qu’ils seraient légitimes. » Pour la chercheuse, l’équilibre femmes-hommes concerne aussi beaucoup d’autres métiers très genrés, qu’il s’agisse des postes techniques, très masculins, ou ceux de scripts, préposés aux costumés ou au maquillage, très féminisés. « Les quotas peuvent m’aider, l’ambition de la parité m’aide, détaille Anne Holmes. Puisque c’est la chaîne qui est responsable finalement du nombre de réalisatrices présentes, cela me permet de dire en réunion que j’ai besoin d’une réalisatrice pour cette série et de couper court à d’éventuelles protestations. »

Chez Canal + : encourager plutôt que sanctionner

Comment développer la part des femmes réalisatrices de fictions ? Arielle Saracco, pour Canal +, raconte le travail engagé en interne, et avec l’écosystème des producteurs : « Tout le monde est sensibilisé à ce sujet dans la maison mais nous ne sommes pas pour autant irréprochables. Charge à nous de trouver avec nos partenaires producteurs le bon modus operandi pour faire véritablement progresser les chiffres. » Arielle Saracco annonce ainsi travailler dans le cadre d’une « charte » avec ses producteurs : « Nous remettons depuis quelques mois une charte sur la diversité et la parité aux producteurs et productrices avec lesquels nous travaillons, les incitant notamment à monter des équipes les plus paritaires possibles à tous les niveaux, jusqu’aux postes d’assistanat et de stagiaires, l’accès à la formation étant absolument fondamental. »

Mais le quota est-il la solution ou même une solution ? Selon la directrice des programmes originaux de Canal+, l’idée peut être à creuser « pour le service public qui a un gros volume de fictions et de documentaires et une certaine responsabilité d’exemplarité ». « En revanche, explique-t-elle, plutôt que sanctionner, il vaut probablement mieux encourager. Et peut-être s’inspirer en l’adaptant du bonus dont bénéficient maintenant de la part du CNC les films de cinéma exemplaires dans le domaine de la parité hommes-femmes. » Ce bonus a été mis en place par le CNC le 1er janvier 2019. Il donne accès à un bonus de 15 % sur le soutien accordé par la commission à tous les films dont les équipes ont autant de femmes que d’hommes aux postes d’encadrement. Le CNC a présenté un premier bilan de cette mesure, mettant en avant que 29 films avaient bénéficié de ce mécanisme, ce qui représenterait 1/5 de la production, contre 1/6 qui auraient rempli les conditions l’année précédente.

Confier les « feuilletons quotidiens » à des réalisatrices pour former davantage

La solution se trouverait-elle sous la forme de mesures incitatives du côté des budgets ? « Il n’y a pas à la télévision l'équivalent de cette aide indirecte que représente l'avance sur recette au cinéma, c’est-à-dire une aide spécifique pour des projets artistiquement ambitieux, généralement à petit budget », constate Geneviève Sellier. « S'il n'y avait pas l'avance sur recette, il y aurait au cinéma les chiffres que vous avez trouvés à la télévision », avance-t-elle, soulignant qu’il faudrait imaginer, du côté de la production, ce genre de mécanisme, complété par un bonus pour les équipes paritaires, à l’image de ce que propose le CNC. C’est aussi vers cette piste que penche le ministre de la Culture Franck Riester, qui a indiqué préférer « des mesures incitatives » aux quotas afin d’augmenter le nombre de réalisatrices à la télévision, faisant notamment allusion au mécanisme instauré par le CNC. Il a cependant ajouté que « s'il fallait passer » par la méthode des quotas, il s'y résoudrait.

Harold Valentin plaide de son côté pour plus de « transparence sur les chiffres du CNC », afin de comprendre qui a « le pouvoir décisionnaire sur les séries ». « Nous avons des données sur les réalisateurs, mais pas sur les postes de directeurs artistiques, explique le producteur. Ceux que l’on appelle showrunner aux États-Unis — soit la personne qui écrit, produit, qui est garante des budgets et qui est régulièrement sur le plateau — est divisé chez nous entre le réalisateur, le directeur de collection et le producteur. » Harold Valentin ajoute qu’il est nécessaire que les chaînes s’engagent à former davantage de femmes sur leurs séries quotidiennes : « Ce sont des programmes très normés. Six mois d’expérience dessus peuvent faire la différence. La télévision s’écrit lentement mais se tourne très vite, ce sont des méthodes de travail particulières. Au-delà des quotidiennes, de nombreux types de séries existent désormais, sur de multiples plateformes. Il n’y aucune raison que la place des femmes à la réalisation n’augmente pas dans le futur. » Une stratégie déjà mise en place du côté de France Télévisions. « On ne peut pas passer de 12 % à 50 % en un an, prévient Anne Holmes. Nous essayons déjà de progresser en faisant monter certaines réalisatrices, en les formant. Notamment en leur confiant du feuilleton quotidien ainsi que du prime. Faire émerger des talents, c’est une mission de service public, et on s’engage là-dessus. »

Précisions méthodologiques

La partie de l’étude analysant le taux de réalisatrices dans les fictions diffusées repose sur l’analyse des « diffusions », c’est-à-dire les fictions diffusées voire rediffusées, afin de refléter le plus fidèlement possible l’offre télévisuelle réelle.

Ces calculs sont produits à partir des bases de données de l’INA, dans lesquelles sont recensées les différentes diffusions d’un même programme. Par conséquent, un même programme diffusé trois fois sur la période étudiée comptera trois fois dans les données. Si l’équipe qui a réalisé un film est mixte, les réalisatrices et réalisateurs sont comptés séparément. Nous illustrons la méthode par l’exemple (fictif) suivant. Sur la chaîne « Canal 29 », le téléfilm L’Écume des jours a été réalisé par un homme et a été diffusé deux fois pendant la période considérée, et l’épisode 3 de la série « De tout temps les hommes » a été réalisé par une femme et deux hommes et a été diffusé quatre fois.

 

Ainsi, pour cet exemple, le taux de réalisatrices dans les diffusions de la chaîne Canal 29 est de 27 %.

Les estimations automatiques du temps de parole des femmes et des hommes ont quant à elle été obtenues à l’aide du logiciel open-source inaSpeechSegmenter (version 0.4.2) maintenu par l’INA. Une version précédente de ce logiciel avait été utilisée en mars 2019 dans le cadre d’une étude à grande échelle portant sur l’évolution du temps de parole des femmes et des hommes dans les médias publiée dans La Revue des médias.

Ces résultats automatiques comportent quelques biais connus et maitrisés. Ces chiffres sont donc à prendre comme des indicateurs de tendances.

Le terme « unitaire » se rapporte aux longs ou courts métrages (initialement produits pour le cinéma) et à une partie des téléfilms, qui sont isolés. Le reste des téléfilms (Camping Paradis, diffusé sur TF1 par exemple) entre dans la catégorie des séries, car ils font partie d’une « collection » d’œuvres. Le reste des programmes qui sont considérés comme étant des séries sont les formats de 52 minutes et 26 minutes, ainsi que les programmes à sketches, que l’on peut trouver sur des chaînes comme sur TF1 et M6.

Remerciements : Boris Jamet-Fournier (département Recherche et Innovation), Dominique Fackler et Véronique Lefort (Direction des Collections) et Axel Roche-Dioré (Direction des systèmes d’information)

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également

Les femmes dans la fiction TV française, une histoire à éclipses

Quel meilleur genre que la fiction pour observer... les représentations du genre sur le petit écran ! Synthèse de la production fictionnelle télévisée française des dernières décennies, au prisme des rapports de sexe et des stéréotypes. Une famille très diverse où les représentations évoluent en dents de scie.