Google Éditions sera lancé en 2011

L'arrivée prochaine de Google Éditions devrait réorganiser le secteur et amener les diffuseurs-constructeurs à améliorer davantage l'expérience de lecture.
Temps de lecture : 1 min
Attendu tout l’été, Google Éditions sera finalement lancé cette année aux États-Unis et courant 2011 en Europe, a annoncé Google lors de la foire du livre de Francfort cet automneAbraham Murray, chef de produit de Google Books, a par ailleurs précisé que 400 000 titres payants (contre les 700 000 d’Amazon) et 2 000 000 de livres libres de droit seront disponibles dès l’ouverture de la plateforme aux États-Unis. Le catalogue s’agrandira avec son expansion à l’international. Les innombrables procès auxquels l'entreprise a dû faire face ont en effet limité l'offre de lancement. Plusieurs supports, dont l’iPad, accèderont au service. Si l’offre de livres numériques commence à s’organiser et à se diversifier, elle pâtit de la multiplicité des plateformes qui oblige l’utilisateur à jongler à la fois entre les applications, les lecteurs et les formats propriétaires. Avec son catalogue, Google pourrait harmoniser ces actions.

Le modèle d’abord proposé par l'entreprise (le distributeur fixe le prix ; les éditeurs suivent) a pourtant connu une profonde hostilité. Car depuis, l’iBookstore et son modèle d’agence ont bousculé les choses. En permettant en effet aux éditeurs de fixer leur propre prix dans une fourchette comprise entre 12,99 et 14,99 euros, et au distributeur de prendre une commission fixe acceptable (30 % pour lui, 70 % pour l’éditeur), Apple a ouvert une autre voie et permis à la profession éditoriale de reprendre la main des négociations. Elle a ainsi pu imposer ce nouveau modèle à Google et Amazon.

Cet accord pourrait cependant être modifié car Google entend bien rectifier son contrat dans l’avenir. Le modèle d’agence oblige en effet les distributeurs à proposer le même tarif :;impossible, dans ces conditions, de faire bénéficier les consommateurs d’une politique concurrentielle et agressive des prix. Difficile de savoir s’ils accepteront par ailleurs de payer un livre dont le prix est situé entre 12,99 $ et 14,99 $ quand la barre des 10 $ a d’abord été annoncée par Amazon comme une garantie... Or, les diffuseurs vendent aussi des tablettes qui ont besoin d’être alimentées par des catalogues différents, concurrentiels, susceptibles de fidéliser le consommateur. 

En plus d’un accès intégral aux livres achetés, celui de Google Éditions assurera, d’après Philippe Colombet (1), directeur de Google Livres France, leur accès payant et permanent sur tous les supports. Google concrétise en ce sens son vœu d’exporter totalement sa technologie en ligne (« Cloud Computing »), de façon à permettre au consommateur de consulter, où qu’il soit, ses fichiers. L’intégration possible du programme de bourses d’études autour des « Digital Humanities », lancé en avril 2010, devrait progressivement augmenter ces fonctions. C’est peut-être donc autour des services que se jouera la prochaine étape des e-Books.

 


(1)

Au salon "Demain le livre", 10 mars 2010 

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également

Au cœur de la Silicon Valley

Royaume de l'innovation, la Silicon Valley forme un écosystème unique : vivier de talents scientifiques, grâce à des liens ténus avec le monde universitaire, emblème de la culture américaine de l'entreprise et paradis des capital-risqueurs.