Débat "Informer aux temps du Covid" à Tours, le 1er octobre 2020.

Les journaux télévisés sous Covid-19 : retour d'expérience de TF1 et M6

VIDÉO. Le coronavirus, à l’origine d’une crise sanitaire majeure, a fait l’objet d’une intensité de traitement médiatique inédite dans les JT. Retour sur six mois de médiatisation avec Antoine Guélaud (TF1), Mélanie Maingot (M6) et Géraldine Poels (INA).

Temps de lecture : 37 min

56 % de la durée des JT de début de soirée au premier semestre 2020, et 80 % durant la période de confinement. Voilà la place occupée par la crise sanitaire provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 dans les journaux télévisés, comme nous le révélions jeudi dernier dans une étude. Un niveau inédit pour une pandémie.

À quel moment le nouveau coronavirus a-t-il été traité dans les JT, et pourquoi ? Quelle a été l’ampleur de la médiatisation de la pandémie ? Comment les rédactions se sont-elles réorganisées pour continuer à informer ? Comment, face à l’incertitude scientifique, parvenir à informer au plus juste ?

Autant de questions auxquelles ont répondu Antoine Guélaud (directeur des opérations spéciales du groupe TF1),  Mélanie Maingot (directrice de la rédaction de M6), et Géraldine Poels (responsable de valorisation scientifique des archives de l’INA), au cours de cette table ronde organisée jeudi 1er octobre dans le cadre de l’édition spéciale des Assises du journalisme (« Informer aux temps du Covid »).

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également

ÉTUDE INA. Temps d’antenne, personnalités émergentes, place des femmes : un bilan de l’information sous Covid-19 à la télé

L’INA a passé plus de cinq mois d’information à la loupe pour tirer un premier bilan quantitatif de la place du coronavirus et du confinement sur les écrans de télévision, et notamment sur les chaînes d’information continue. Voici ces chiffres inédits de « l’information sous Covid-19 », qui témoignent d’un événement médiatique absolument historique.

ÉTUDE INA. Pendant le confinement, le temps de parole des femmes a baissé à la télévision et à la radio

700 000 heures de programmes analysés à l’aide d’une intelligence artificielle nous ont permis de mesurer le temps de parole des femmes dans les médias. Verdict : la période de confinement a été marquée par un recul de la présence vocale des femmes à la télévision et à la radio. Un décrochage particulièrement notable sur les chaînes d’information en continu.