Fibre Tigre entouré des participants au deuxième épisode de Game of Rôles - les Deux Tours

© Crédits photo : Capture d'écran du compte YouTube de Clément Viktorovitch, deuxième épisode de Game Of Rôles - Les Deux Tours

Pour la présidentielle, franceinfo se met au jeu de rôle sur Twitch

Avec l’émission « Game Of Rôles - Les Deux Tours », diffusée sur la chaîne du chroniqueur Clément Viktorovitch, la radio d’information teste un nouveau format pour intéresser les jeunes à l’élection présidentielle.

Temps de lecture : 5 min

Ce 23 février, ils sont quatre candidats à la présidentielle autour de la table. Face à des milliers de Français, en direct du studio 421 de la maison de la radio, Hypolite Léveiller, George Sud, Eglantine Arnoud et Josselin Saint-Jean sont là pour débattre. Leurs partis : « Le Grand Réveil », « Parti de l'Union Populaire et Unitaire des Travailleurs Ensemble », « En Avant ! » et « La France des champs ». Tout ça ne vous dit rien ? C’est normal, tout est fictif. Nous sommes dans le deuxième épisode (sur quatre) de l’émission de jeu de rôle « Game Of Rôles - Les Deux Tours », diffusée sur Twitch et coproduite par franceinfo et Gozulting, société d’évènementiel. Durant trois heures, quatre joueurs s’affrontent pour gagner l’élection présidentielle. Et intéresser les jeunes au scrutin.

Il est presque 20 heures. Tandis que la régie procède aux derniers réglages son et image, l’équipe s’installe. Ultimes raccords maquillage. Autour de la table pour incarner les quatre candidats du jour : l’ancien vidéaste et aujourd’hui streameur Antoine Daniel, la streameuse Angle Droit, le vidéaste et streameur occasionnel Joueur du Grenier (arborant une très belle perruque grise) et le chroniqueur Clément Viktorovitch. Ils sont accompagnés par le journaliste de franceinfo Jules de Kiss et Fibre Tigre, podcasteur et créateur de jeux. C’est lui qui a imaginé le système de jeu utilisé ce soir, il en est aussi le « maître ».  À ce titre, il  donne des options aux joueurs (faire une annonce importante par la PQR ou sur les réseaux sociaux ?), les lance dans des aventures (une personnalité du centre a une proposition à leur faire, qui est intéressé ?), ordonne des jets de dés (effectués en régie) et décide, en fonction du chiffre obtenu, des conséquences pour les candidats. Plusieurs votes sont effectués sur Twitter pendant les émissions : après chaque débat (il y en a trois par live) pour désigner la personne la plus convaincante, puis en conclusion pour élire le président ou la présidente du jour. La quatrième et dernière émission verra s’affronter les trois premiers gagnants pour une sorte de « super élection ».

Un projet au long cours

 « Game Of Rôles - Les Deux Tours », est une nouvelle déclinaison de l’émission  « Game Of Rôles », lancée par Fibre Tigre en 2018, et qui se déroule jusqu’ici, au fil des saisons,  dans des univers fantastiques ou d’heroic-fantasy. L’idée de créer une émission de jeu de rôle politique naît quant à elle deux ans plus tard. Fibre Tigre anime alors pour le Figaro  l’émission « Premier rôle », dont il commence à imaginer pour le quotidien une déclinaison consacrée au scrutin municipal parisien. L’irruption de la pandémie de Covid-19 conduit à l’abandon du projet, actu oblige.

Mais le projet d’une émission de jeu de rôle « politique » ne quitte pas la tête du créateur, et une rencontre va le relancer. Lorsque Fibre Tigre découvre, en février 2021, les propos élogieux de Clément Viktorovitch sur la saison en cours de « Game Of Rôles » dans l’émission Clique (Canal+), il s’empresse de l’intégrer, par un clin d’œil, à son aventure du moment pour le remercier. C’est la naissance du roi Clemovitch, que le chroniqueur interprétera réellement dans un épisode, le 5 mai 2021. À l’écart des micros, ils évoquent tous les deux l’idée de faire un jeu de rôle politique. Le thème n’est-il pas éloigné des grands univers du genre (heroic-fantasy, fantastique, aventure, voire enquête policière) ? Pas pour Fibre Tigre, qui considère que la question centrale d’un jeu de rôle est parfaitement transposable à la politique : « Vous êtes à la place de cette personne, que faites-vous ? ». Le créateur et le chroniqueur se revoient à la fin de l’été pour travailler sur le système de jeu et l’ajuster.

Une fois le projet affiné, Clément Viktorovitch profite de croiser Jean-Philippe Baille au détour d’un couloir, pour l’aborder. « Je n’étais pas sûr de tout comprendre, mais l’idée me semblait très intéressante, nous raconte le directeur de la radio franceinfo, on a donc décidé de se lancer. » Une rencontre est organisée fin octobre entre Fibretigre, Frédérick Gau (Gozulting), Clément Viktorovitch et Jean-Philippe Baille. Celui-ci y voit l’occasion, pour la chaîne, de remplir sa mission de service public sur une plateforme où elle était jusque-là absente.

Pas de place pour les fake news

Le dirigeant pose cependant une condition : il s’agit d’un jeu, avec tous les débordements et exagérations que cela peut entraîner, or « notre souci, c’était d’éviter les Fake News, nous avons un rôle de boussole, nous sommes là pour de la remise en contexte et rétablir les faits. »D’où la présence de Jules de Kiss, journaliste chargé des tranches du week-end sur franceinfo et créateur du podcast le club esport. Il intervient régulièrement dans le jeu pour rappeler des faits, des chiffres, des données. Le journaliste poche aussi des reportages et interviews dans les antennes de Radio France, qu’il diffuse lors des débats qui ponctuent les parties. Une petite virgule musicale précède ses interventions : lorsqu’elle se fait entendre, on est désormais dans l’info, on ne joue plus.

Le gros du travail entre franceinfo et Gozulting a eu lieu de novembre jusqu’à début janvier. Un premier pilote est enregistré aux alentours du Nouvel an. Il permet aux équipes de Radio France et Gozulting de mieux appréhender leur collaboration au niveau technique et de s’accorder sur les méthodes de travail. « On est parti des problèmes en disant ‘‘bon, c’est chiant, on va essayer de trouver une solution ensemble’’, raconte Frédérick Gau. Chacun se découvre. »

Détail important : les parties de « Game Of Rôles - Les Deux Tours » sont diffusées non pas sur le compte Twitch de franceinfo (lancé officiellement le 2 mars 2022) mais sur celui de Clément Viktorovitch, créé pour l’occasion en décembre 2021, quelques semaines à peine avant la première. « Nous nous sommes posé la question, avoue Jean-Philippe Baille. Clément Viktorovitch a une communauté qui le suit, il est une incarnation de la radio. Si nous avions dit ‘‘c’est France Info qui va faire du jeu de rôle sur twitch’’, probablement que moins de gens auraient suivi ». On peut résumer ainsi la position de franceinfo à l’époque : on ne connaît pas cet écosystème, il ne nous connaît pas, faisons en sorte que la greffe prenne. L’invitation de noms du streaming français résonne aussi comme un appel à leur communauté respective : Daz et Mr. MV, anciens participants de « Game Of Rôles », ont incarné des candidats dans le premier épisode. Pour un lancement optimal, Clément Viktorovitch a passé ses vacances de Noël à s’occuper de sa chaîne. « Il ne fallait pas que GOF [Game Of Rôles, NDLR] arrive sur une chaîne morte vivante », raconte-t-il. Il participe par ailleurs à chaque émission, en sa qualité de diffuseur, dans le rôle d’un « candidat de témoignage ». Tantôt défenseur de la ruralité, tantôt candidat trotskiste, tantôt quelqu’un d’autre encore.

Un partenariat gagnant-gagnant

La question se pose aussi bien en campagne électorale que dans la production audiovisuelle : une fois les intentions données, combien ça coûte ? Selon Frédérick Gau, une émission « classique » de « Game Of Rôles » coûte entre 30 000 et 35 000 €, financés par des partenariats. Mais ici, rien de tout ça : les invités viennent gratuitement, il n’y a aucun échange financier. Chez France Info comme chez Gozulting, on le revendique : ce partenariat est gagnant-gagnant. Pour la radio, c’est une opportunité de faire connaître le média à des gens qui ne consulteraient pas nécessairement son offre. Pour la société de production, c’est une vitrine de son savoir-faire.

Lors de la première émission, le 12 janvier, la présence de franceinfo a suscité quelques interrogations sur le chat. Mais en définitive, l’accueil a été bon et les audiences sont là : l’émission du 23 février a cumulé 135 000 vues sur Twitch (278 000 sur YouTube), avec une moyenne de 14 763 personnes sur le stream en simultané (et un pic à 17 199), soit plus de 50 % par rapport aux chiffres de la première émission. Le 13 avril, lors de la quatrième et dernière émission, entre les deux tours de la vraie élection, les gagnants des trois premières éditions se retrouveront, afin de déterminer qui est le président de la République. Enfin, pour de faux.

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également