l'élection présidentielle représente 60 % des sujets sur les élections

© Crédits photo : Illustration : Pomka Six

La présidentielle éclipse les autres élections dans les JT

Depuis 1995, l’élection présidentielle représente 60 % des sujets de JT consacrés aux élections nationales.

Temps de lecture : 2 min

Élection cardinale sous la Ve République, la présidentielle domine aussi, de très loin, les autres élections dans les journaux télévisés du soir de TF1, France 2, France 3, Arte, M6 et Canal Plus. Pour en prendre la mesure, nous avons compté le nombre de sujets consacrés à chaque type d’élection, par année civile (hors élections européennes). Résultat : la présidentielle représente deux tiers (60 %) des sujets électoraux sur la période — soit 1 917 sujets en moyenne par année de scrutin.

Le deuxième type d’élection le plus couvert arrive loin derrière. Les législatives ne pèsent que 15 % de l’ensemble (avec 501 sujets en moyenne), talonnées par les élections municipales (13 %, soit 372 sujets).  Les élections régionales (7 %, 267 sujets), les élections cantonales et départementales (4 %, 120 sujets), et les élections sénatoriales, quasi inexistantes (1 %, 23 sujets).

L’emprise de la présidentielle s’accroît même fortement sur l’info télé : sur les huit mois qui précèdent le premier tour, le nombre de sujets de JT liés à cette élection a plus que doublé depuis 2002. Dans cette dynamique, les primaires « ouvertes » précédant les échéances de 2012 et 2017 ont joué un rôle majeur.

La routine et l’événement

La règle semble claire. On parle peu des autres élections, et surtout au moment des campagnes officielles et des scrutins. Chacune est, quantitativement, couverte de façon stable. Sauf quand survient l’inattendu. En 1997, la dissolution surprise de l’Assemblée nationale par Jacques Chirac provoque un intérêt soutenu  pour ces législatives anticipées (911 sujets), avant de retomber lors des scrutins suivants. En 2017, l’attention rebondit (un peu), avec 477 sujets. C’est l’année des nouveautés : renouvellement de l’Assemblée, dominé par un parti âgé d’un an à peine — La République en marche —, son contingent de députés élus pour la première fois et la loi sur le non-cumul des mandats. Et un taux d’abstention record au second tour.

Troisième type d’élection le plus traité dans les JT, les élections municipales. Avec une ville particulièrement couverte : Paris. La capitale occupe en moyenne 23 % des sujets de JT sur les municipales ! De quoi nourrir le reproche de parisano-centrisme… Un chiffre qui tient principalement au record atteint en 2001 : les élections voient Bertrand Delanoë (PS) mettre un terme à vingt-quatre ans de domination RPR dans la « ville lumière ». Cette année-là, 30  % des 479 sujets de JT liés aux municipales concernent Paris — et même 74 % l’année précédente, marquée par la désignation, par le propre parti du maire sortant et candidat à sa réélection (Jean Tiberi), d’un autre candidat (Philippe Séguin). En 1995, 2008 ou 2014, Paris compte pour 11 à 12% des sujets liés aux municipales (19 % en 2020).

Les municipales sont aussi les seules élections où France 3 dépasse TF1 en nombre de sujets sur la période. Quant aux sénatoriales, quasi invisibles dans les JT, il aura fallu la première majorité de gauche à la Chambre haute sous la Ve République, en 2011, pour qu’elles suscitent un peu d’attention (66 sujets).

Si toutes les élections n’intéressent pas les journaux télévisés, tous les JT ne s’intéressent pas autant aux élections. Si celles-ci représentent en moyenne un tiers des sujets de politique nationale, le 20 h de France 2 se distingue l’intérêt nourri qu’il leur porte sur l’ensemble de la période. À l’inverse, Arte journal se caractérise par une moindre couverture des élections nationales — ce qui peut s’expliquer par le positionnement plus international de la chaîne.

 

Les données présentées ici sont issues du Baromètre des JT n°62. Afin de comparer la médiatisation des différents scrutins, le nombre de "sujets" est comptabilisé pour chaque année civile d'élection.

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également