Le casting du podcast Batman de Spotify

© Crédits photo : Spotify France.

Avec « Batman Autopsie », Spotify part à la conquête de nouveaux auditeurs de podcast

Depuis le 3 mai, Spotify propose une fiction sur Batman disponible en neuf langues, dont le français. Retour sur les différentes étapes d’une production qui pourrait bien devenir un modèle du genre.

Temps de lecture : 4 min

Quelques mois après le carton de The Batman au cinéma, l’homme chauve-souris revient cette fois dans une fiction audio en dix épisodes de vingt minutes : Batman Autopsie. Une exclusivité Spotify, résultat d’un partenariat entre la firme suédoise et le studio Warner Bros., propriétaire de DC Comics. Le podcast est disponible en neuf langues : anglais, espagnol, portugais, hindi, indonésien, italien, japonais, allemand et français. À titre de comparaison, le podcast « Sandra » de Spotify, une fiction également, avait été traduit en « seulement » quatre langues. La sortie de cette fiction Batman est donc un évènement global.L’accord entre Warner et Spotify, conclu en 2020, prévoit la création de programmes audios sur plusieurs années. Le studio américain met à disposition son catalogue de propriétés intellectuelles ; le géant de l’audio numérique se charge de la production. Warner est propriétaire des super-héros issus des bandes-dessinées de DC Comics, mais également de personnages comme Scooby-Doo ainsi que les Looney Tunes, dont Bugs Bunny et Daffy Duck.

La production de Batman Autopsie est sans doute le canevas qui va guider les prochains podcasts issus de ce partenariat. Une référence en devenir ? Ici, tout est parti des Etats-Unis, avec l’écriture d’un script (en anglais) par David S. Goyer. L’Américain connaît bien Batman : il a travaillé sur les films de Christopher Nolan Batman Begins et The Dark Knight. En juillet 2021, la production des épisodes du podcast en anglais a déjà commencé. C’est à ce moment-là que chaque branche régionale de Spotify se manifeste : celles qui le souhaitent peuvent travailler à une version dans leur langue. « C’est aux studios locaux de se demander si ça a du sens de le faire sur leurs marchés ou pas », explique Claire Hazan, directrice des studios France et Benelux de l’application.

Charge à eux de trouver une réalisatrice ou un réalisateur pour gérer le projet. En France, Douglas Attal enfile le costume. Le réalisateur a été contacté par Spotify juste après la sortie de son film Comment je suis devenu un super-héros sur Netflix, à l’été 2021. Choisi pour sa connaissance de l’univers des comic-books, les bandes dessinées américaines dont viennent de nombreux super-héros, sa liste de missions est bien remplie. Premier item : traduire le script en français. Il se tourne alors vers Jéremy Manesse, à l’origine de nombreuses transpositions vers le français d’aventures de super-héros. L’exercice est ici bien différent de la traduction de bande dessinée. Il n’y a pas de cases, donc pas de limites spatiales à l’expression. L’oralité permet, elle, plus de libertés.

Une difficulté dans l’exercice cependant : les énigmes du Sphinx (nom français du personnage The Riddler, grand méchant du film The Batman). « Pour mettre ses adversaires en difficulté, il joue sur des mots qui ont parfois un triple sens, explique Jérémy Manesse. C’est une première embûche. La deuxième, c’est que les énigmes sont liées entre elles. » En avançant dans son travail, le traducteur a donc dû faire de nombreux retours en arrière pour ajuster ses interprétations des premières énigmes, afin que le sens persiste par la suite. Le titre français du podcast ? C’est aussi lui. « En anglais la série s’appelle ''Batman Unburried'', mais ''Batman Déterré'' c’est difficilement compréhensible. Donc j’ai proposé ''Batman Autopsie''. Ça a été accepté, mais il a fallu attendre un peu », s’amuse-t-il.

Pour le traducteur, l’exercice s’apparente à de l’écriture pour le théâtre. « Le script était très précis, avec des didascalies, les endroits d’où viennent les bruits, etc. » Cette comparaison avec le théâtre, le réalisateur Douglas Attal la fait également. « Chaque version de l’histoire est une adaptation d’un même texte original ». Une fois le texte traduit vient le moment du casting. Batman, c’est une présence, mais aussi une voix. Et c’est Dali Benssalah, acteur vu dans la dernière aventure de James Bond, qui prête la sienne à Bruce Wayne/Batman. Il côtoie d’actuels et anciens sociétaires de la Comédie française, comme Laurent Stocker (le Sphinx) et Thibault de Montalembert (Thomas Wayne). Et d’autres voix connues, comme André Dussolier, Ana Girardot, Sam Karmann ou Amira Casar. En tout, une quarantaine de personnes se succèdent aux micros, durant trois semaines. Ambitieux, le réalisateur vise les quelques 300 millions de francophones dans le monde. « Je ne suis pas parti dans l’idée de faire un podcast pour le public français, mais de faire un podcast en français. »

Avec Batman Autopsie, Douglas Attal réalise sa première fiction audio, épaulé par Nathalie Mattera, directrice de production. « Elle m’a aidé dans la méthodologie et le déroulement de la production. » Lorsque nous le contactons, juste après la sortie des premiers épisodes, le réalisateur est plongé dans le mixage des trois derniers opus. « Nous réglons le niveau de chaque piste de voix, de bruitage, etc. C’est l’assemblage final, c’est assez plaisant. » Cette période de postproduction s’étend sur environ un mois et demi. Un travail d’artisan : le réalisateur devait faire entrer les voix de ses comédiens dans des fichiers contenant déjà bruitages et musiques. Charge à lui de faire ensuite les finitions.

Le budget de cette superproduction ? Spotify ne dévoile aucun chiffre. Tout juste saurons-nous qu’il s’agit du projet le plus ambitieux de Spotify en France à ce jour. Rien non plus quant aux objectifs d’audience. « Notre démarche est de faire en sorte que de plus en plus de gens écoutent du podcast, explique Claire Hazan, la directrice des studios France et Benelux. Travailler sur Batman est une occasion parfaite. » C’est aussi une façon d’attirer les auditrices et auditeurs sur la plateforme du géant suédois : le programme est « enfermé » dans son écosystème. Impossible de l’écouter ailleurs. Une écoute gratuite, sans compte premium, est possible, mais le contenu est alors accompagné de publicité.

On ignore si d’autres podcasts de ce genre verront le jour et s’ils seront traduits en français. Douglas Attal se verrait bien travailler sur une aventure de Superman, son autre super-héros préféré. Spotify semble en tout cas croire en son produit. Campagne d’affichage dans plusieurs gares de France, opérations sur les réseaux sociaux, soirée de présentation du projet avec les stars de la série, force influenceurs et des journalistes... La stratégie de communication est complète. 

Et ensuite ? Jim Lee, un des grands dirigeants de DC Comics, évoquait de potentiels futur projets dans une vidéo publiée sur Twitter en février 2022. Pour l'instant, Spotify France nous explique ne pas travailleur sur d'autres podcast basés sur des propriétés intellectuelles Warner. A suivre, donc.

Mise à jour du 05/05/2022 à 17h26 : précision sur les potentiels futurs projets de Warner, DC Comics et Spotify.

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

À lire également

Les 9 dates qui ont fait le podcast français

Né aux États-Unis et au Royaume-Uni au début des années 2000, le podcast s’impose en France depuis 2015. Aujourd'hui, quinze millions de Français en écouteraient au moins un par mois. L'engouement est tel que le ministère de la Culture vient d'attribuer, pour la première fois, des bourses d'aide à l'écriture de podcasts. Retour, en neuf dates, sur l’histoire du podcast hexagonal.

À quoi reconnaît-on un bon podcast ?

De plus en plus de structures et de personnes proposent des contenus audio natif, qu’il s’agisse de particuliers, studios, journaux, structures privées ou publiques. Mais si les offres se multiplient, une question subsiste : « Mais c’est quoi en fait, un bon podcast ? »