anonymat

    Photographie de Piotr Pavlenski (Pavlensky en anglais) avec des micros tendus vers lui.  À sa droite, son avocat, Yassine Bouzrou.

    Après l’affaire Griveaux-Pavlenski, plaidoyer socio-historique pour la préservation de l’anonymat et du pseudonymat

    La publication d’une « sextape » attribuée à Benjamin Griveaux, dont sont soupçonnés Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo, a fait ressurgir le vieux débat de l’anonymat et du pseudonymat en ligne. Malgré des abus possibles, ces formes d’expression historiques doivent être sauvegardées. Nikos Smyrnaios, maître de conférences et contributeur à la revue des médias, livre un plaidoyer en faveur de l’anonymat et du pseudonymat en ligne.