digital labor

    Le digital labor, un amateurisme heureux ou un travail qui s’ignore ?

    En replaçant le débat sur le digital labor dans la perspective du travail des internautes capté par les monopoles et de la place du téléspectateur et de sa « part de cerveau » vendue aux annonceurs, le sociologue Patrice Flichy met l’accent sur la créativité et le plaisir des amateurs.  

    
            Le digital labor est-il vraiment du travail ?

    Le digital labor est-il vraiment du travail ?

    Par leurs activités en ligne, les internautes participent à la création de valeur et alimentent l’économie du Web. Peut-on pour autant considérer ces activités de loisirs ou de partage comme un travail, qui serait exploité par le capitalisme numérique ?