reporter de guerre

    Guerre en Ukraine : « Les réseaux sociaux permettent de partager un petit moment de reportage »

    Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, les réseaux sociaux représentent à la fois un outil de travail et des canaux de diffusion pour les journalistes présents sur place. Parfois plus que des publications traditionnelles, les « posts » des reporters suscitent l’émotion, touchent un autre public, et archivent au quotidien les événements.

    Profession « fixeur » : ces Ukrainiens qui aident les journalistes à raconter la guerre

    Sans eux, la guerre ne pourrait être décrite et documentée. « Eux », ce sont les fixeurs, celles et ceux qui, malgré les risques, guident les journalistes étrangers à travers leur propre pays, devenu champ de bataille. Qui sont-ils, quel est leur rôle exact, en quoi est-il essentiel ? Des reporters français, présents en Ukraine depuis le début du conflit, racontent.

    Jessica Zabollone-Hasquenoph, psychologue.

    « Un journaliste doit pouvoir admettre que son métier est en train de le dévorer »

    Jessica Zabollone-Hasquenoph est psychologue. Parmi ses patients, elle compte de plus en plus de journalistes, souvent envoyés par leur entourage après des reportages ou des enquêtes qui ne les ont pas laissés indemnes.