captures d'écran France 3, émission Questions de génération

Toutes les semaines, trois questions d'élèves sont sélectionnées et un journaliste y répond sur le plateau de France 3. 

© Illustration : montage La Revue des médias / captures d'écran France 3

Des collégiens sur France 3 : « Est-ce que vous avez déjà interviewé une star ? »

Chaque semaine, des journalistes de France 3 Centre-Val de Loire se rendent dans un établissement scolaire pour tourner l’émission « Questions de génération ». Ils en profitent pour faire de l’éducation aux médias.

Temps de lecture : 3 min

Parka estampillée France 3, caméra à la main, les deux journalistes de France 3 Centre-Val de Loire ne peuvent en aucun cas être confondus avec les élèves du collège Montjoie à Saran, en périphérie d’Orléans. Mardi 13 février, de 10 heures à midi, ils ont rendez-vous avec les 27 élèves de la 3e 2.

La caméra qui les accompagne n’est pas seulement un objet de démonstration pour les collégiens, elle servira à les filmer en train de poser leurs questions sur l’actualité. Trois d'entre elles seront ensuite diffusées dans l’émission « Questions de génération », spécifique à la chaîne régionale et diffusée tous les mardis soir pendant le journal. Un ou une journaliste y répondra en plateau.

À peine les journalistes Yves Le Bloa et Alain Heudes entrés dans la salle, des mains se lèvent. Cette rencontre était attendue. « On était excitées et contentes que les journalistes viennent nous voir », confie Anaïs. Malgré quelques rires nerveux face à la caméra, les élèves se prêtent rapidement au jeu. La majorité de ces élèves de 14 ans déclare suivre l'actualité. Leur principale source d'information ? Les contenus d’Hugo Décrypte.

« Combien vous êtes payés ? »

Julien Ferrand, leur professeur d’histoire-géographie, leur a demandé de réfléchir en amont aux questions qu’ils aimeraient poser. Il les a ensuite rassemblées sur un même document qui en compte près d’une quarantaine. Certaines concernent leur environnement direct, le collège par exemple, d’autres semblent plus éloignées de leur quotidien — l'une porte sur les tensions entre la Chine et Taïwan. « On a toujours des questions en fonction de l’actualité du moment, ajoute Alain Heudes. La semaine dernière, c’étaient les inondations et les rafales de vent dans la région. »

Baptiste Morel, rédacteur en chef de France 3 Centre-Val de Loire, a eu l’idée de ce format au printemps dernier, au moment de la réforme des retraites. « J’ai deux filles de 8 ans et elles se posaient plein de questions sur l’actualité », raconte-t-il. À l’occasion d’une émission spéciale sur la réforme des retraites, il met en place un rendez-vous pour répondre aux questions des élèves sur ce thème.

« Au fil des mois, je me suis dit qu’on pourrait peut-être le faire sur plusieurs sujets d’actualité car les enfants se posent beaucoup de questions auxquelles ils n’ont pas forcément les réponses et les parents non plus », explique le rédacteur en chef. En septembre 2023, il s'est rapproché du Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information (Clemi). C'est cet organisme qui démarche chaque semaine des écoles, collèges et lycées afin de leur proposer de participer à l'émission.

« Ayez le réflexe de chercher si des médias en ont parlé »

Sur les deux heures de présence des journalistes, une heure est dédiée à la captation des questions des élèves, l’autre est dédiée à l’éducation aux médias. Les collégiens découvrent une journée type d’un journaliste télé. Alain Heudes et Yves Le Bloa expliquent avec des exemples concrets l’organisation d’une conférence de rédaction, du choix des sujets jusqu’au départ en reportage. Ils n’échappent pas aux questions classiques sur le journalisme : « Combien vous êtes payés ? », « La caméra est payée par l’État ? », « Est-ce que vous avez déjà interviewé une star ? »

Autre objectif de cette intervention : inciter les élèves à développer leur esprit critique. En particulier « par rapport à ce qu’ils peuvent être amenés à voir sur les réseaux sociaux », précise Baptiste Morel. Tous sont capables de citer des exemples de théories du complot et de fake news croisés sur les réseaux, comme ce prétendu prélèvement de 500 euros sur le compte bancaire des Français pour aider l’Ukraine.

Alors les journalistes expliquent aux élèves comment ils trouvent une information et comment ils la vérifient. Ils leur rappellent l’importance de toujours croiser leurs sources. « Si vous voyez une information sur les réseaux sociaux qui provoque chez vous une émotion forte, et où les sources ne sont pas citées, ayez le réflexe de chercher si des médias en ont parlé, met en garde Yves Le Bloa. Si ce n’est pas le cas, c’est sûrement qu’il y a un problème. »

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris