Foot2Rue

Le dessin animé Foot2Rue suit, comme le livre « La Compagnie des Célestins », les aventures d’enfants délaissés par leurs parents.

© Illustration : Télé Images Kids

« Foot2Rue » : à l’origine du dessin animé à succès, un roman satirique

« La Compagnie des Célestins » est un roman particulièrement sombre de l’écrivain italien Stefano Benni. Le producteur Giorgio Welter en a tiré un dessin animé qui fait fureur depuis quatre saisons. La cinquième est en préparation.

Temps de lecture : 4 min

En 1999, Giorgio Welter est à Dakar. L’enthousiasme des enfants à jouer au foot dans la rue le surprend. L’Italien se rend compte que le sport qui l’anime — il est supporter du Milan AC et habitait plus jeune à quelques centaines de mètres du stade San Siro — est universel. En revanche, son autre passion — la lecture des livres de Stefano Benni — est un plaisir typiquement italien. L’écrivain de 76 ans, sorte de Daniel Pennac transalpin, a du succès dans son pays, moins en France, où il est édité par Actes Sud.

À l’époque, sa maison d’édition n’a pas encore traduit son livre La Compagnia dei Celestini (« La Compagnie des Célestins »), écrit en 1992. Particulièrement sombre et caustique, il chronique la participation d’orphelins à un championnat du monde de pallastrada, un néologisme inventé par l’écrivain composé des mots palla (ballon) et strada (rue). Sa pratique échappe à toute récupération commerciale, médiatique et politique, provoquant le courroux du dirigeant du pays, Mussolardi, également patron de presse et homme d’affaires véreux. Alors tous ses relais — à commencer par les journalistes et les religieux — rivalisent d’horreurs pour faire échouer les enfants. Le livre est une satire du personnage politique italien le plus en vue des années qui suivront, et de sa vision du monde : Silvio Berlusconi, qui accédera à la présidence du Conseil deux ans après la sortie du bouquin.

Une cinquième saison en 2025

Au Sénégal, devant le spectacle des jeunes footballeurs, Giorgio Welter prend la décision d’adapter le livre en dessin animé ; ce sera sa première création comme producteur. Diffusé à la fin de l’année 2005 à 17 heures sur France 3, « Foot2Rue » (StreetFootball en italien, diffusé par la Rai) est immédiatement une grande réussite : « Certains épisodes de la saison 1 ont dépassé le million de téléspectateurs. Aujourd’hui, un dessin animé qui a du succès en rassemble 300 000 », compare le volubile personnage. Parmi eux, Kylian Mbappé. Le Bondynois s’est récemment débrouillé pour lui faire savoir qu’il était fan de la série. En février 2022, la saison 4 a réalisé le meilleur démarrage d’une série sur Okoo, la plateforme jeunesse de France Télévisions. Une cinquième saison est en fabrication et devrait sortir en 2025 ; une centaine de professionnels de l’animation y travaille.

 

Pour toucher le jeune public, l’adaptation télévisuelle s’est éloignée du script initial. Si le dessin animé suit, comme le livre, les aventures d’une équipe de foot de rue composée d’enfants délaissés par leurs parents, les auteurs ont gommé l’aspect le plus sombre du bouquin : les filles et les garçons ne meurent pas à la fin. En revanche, beaucoup d’adultes sont peu scrupuleux, a fortiori ceux qui ont une autorité symbolique : le maire, le policier et le journaliste, respectivement obsédés par l’élection, l’ordre public et le (faux) scoop.

Dans la ville imaginaire de Port-Marie — « Les Français pensent que ça se passe à Marseille et les Italiens, à Naples », s’amuse Giorgio Welter — Tag, Gabriel, Éloïse, Tarek et Nordine sont les personnages les plus respectables, soucieux de s’approcher de la devise de leur sport : « secret et solidarité ». Et surtout, ils ressemblent physiquement aux jeunes des années 2000 : « En toute modestie, c’est le premier dessin animé avec des personnages principaux dont les noms sont Tarek et Nordine, souligne le producteur. Une de mes stagiaires qui habite en banlieue parisienne m’a dit : Foot2Rue racontait ma vie ! »

« Les Français pensent que ça se passe à Marseille et les Italiens, à Naples »

Dans son pays d’origine, cette mixité a interrogé les dirigeants de la Rai : « Pourquoi sont-ils tous métis ? », lui a-t-on demandé. Et la chaîne italienne n’a pas choisi le rap pour le générique du dessin animé. En France, Akhenaton, Kool Shen et Disiz, notamment, se sont succédé pour le composer. Le titre du Marseillais, StreetFootball, sera même certifié single d’or. La musique ne sera évidemment pas le seul produit dérivé engendré par la série : les héros de Foot2Rue s’afficheront sur les menus enfants d’une célèbre chaîne de fast-food et dans les pages d’albums de bandes dessinées, qui se vendront par millions.

En 2006, le succès de la série pousse finalement Actes Sud à traduire en français La Compagnia dei Celestini. « C’est un des meilleurs livres de Stefano Benni, justifie Marguerite Pozzoli, sa traductrice et responsable du domaine italien de la maison d’édition. Et je trouve que le propos n’a pas vieilli. On peut voir dans les personnages des monstres qui existent encore aujourd’hui. »

L'auteur Stefano Benni, invité de l'émission "Un livre, un jour", en 2006

 

Giorgio Welter se souvient qu’il était précisé, à sa sortie, que le livre était à l’origine de la célèbre série Foot2Rue. Le petit coup de pouce a-t-il été utile commercialement ? « Ce n’est pas son ouvrage que l’on a le mieux vendu », déclare Marguerite Pozzoli.

C’est donc peut-être à la télévision que la satire de La Compagnie des Célestins a été le mieux défendue grâce à Foot2Rue. Un comble, alors que Stefano Benni n’aimait pas y apparaître, considérant que « les questions sont nulles et qu’on ne me laisse pas le temps de parler », avait-il dit à Giorgio Welter. Pour autant, l’écrivain ne critiquait pas l’adaptation qui avait été faite de son roman. « Quand je lui ai annoncé, avant le Covid, que j’allais faire une saison 4, il m’a dit pour plaisanter : “Vas-y, j’ai besoin d’argent” », rigole Giorgio Welter. L’écrivain touche en effet des droits d’auteur pour chaque nouvelle saison.

« Il appréciait que son œuvre se diffuse en France comme cela », recadre Marguerite Pozzoli. D’ailleurs, l’écrivain s’était même impliqué personnellement dans la défense du dessin animé : en 2006, Giorgio Welter avait organisé un tournoi de foot de rue à Aubervilliers en partenariat avec la mairie. Dans les rues fermées du centre-ville, 30 équipes, avec chacune au moins une fille, s’étaient affrontées. L’auteur était venu d’Italie et avait été présenté comme l’inventeur du foot de rue.

Même s’il n’est pas fan du sport, Stefano Benni s’intéresse à ce qu’il représente dans la société italienne. Dans l’une des dernières nouvelles qu’il a rédigées, et publiée le 24 mars 2020 dans le quotidien La Repubblica, il avait imaginé la consultation psychiatrique d’un homme devenu malade car privé de foot à la télé par l’épidémie de Covid. Et s’il avait été privé de Foot 2 rue ?

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris