Illustration représentant des présentateurs (4) et présentatrices (2) sur des chaînes de télévision

© Crédits photo : INA. Illustration : Laura Paoli Pandolfi.

Des femmes, du genre et des médias : stéréotypes à tous les étages

Les médias ne sont pas le fidèle miroir du monde, ils contribuent à la fabrication de normes structurant la société. Aussi sont-ils au cœur de la représentation du genre et de sa construction, comme en témoigne ce panorama des stéréotypes véhiculés sur les femmes à la radio et à la télévision.

Temps de lecture : 7 min Voir les chapitres

C’est un étrange article qu’a proposé le quotidien Libération le matin du 4 mai 2015. Titré « Macron, le beau gosse de Bercy », il brosse le portrait de celui qui n’était alors que ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.
« C’est un vent de fraîcheur qui souffle au gouvernement. Emmanuel Macron, 37 ans, est la nouvelle égérie de Bercy. Le ministre des Finances nous ouvre la porte de son bureau, cintré dans un seyant complet veston Armani camel, qui lui a valu d’être élu “dandy de l’année” dans le dernier classement annuel de GQ. Cet ancien timide nous invite à nous installer avec simplicité, bonhomie et décontraction. Car il le sait, la star du gouvernement, c’est lui. » 
Sous-titré « Un ministre décrit comme le serait une femme de pouvoir ?», ce portrait, on l’aura compris, est rédigé en utilisant volontairement les stéréotypes de présentation habituellement réservés aux femmes politiques : salutaire inversion des formules, qui révèle que l’on n’emploie pas les mêmes mots pour parler des hommes et des femmes. Les femmes ne sont pas des hommes comme les autres... 

On n’emploie pas les mêmes mots pour parler des hommes et des femmes : les femmes ne sont pas des hommes comme les autres... 

Au-delà du savoureux pastiche que constitue cet exercice de style, il permet de toucher du doigt le sexisme, souvent inconscient, des médias. Considérant le genre comme « un système de bicatégorisation hiérarchisée entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin) », nous tenterons ici de cerner le rôle joué par les médias dans cette partition genrée.

Les médias comme « technologie de genre »

Les féministes ne n’y sont pas trompées,  en montrant  du doigt les magazines féminins et la publicité dès les années soixante, dénonçant leur conservatisme et pointant leur responsabilité dans le maintien des femmes dans des jeux de rôle convenus confortant la domination masculine et la société patriarcale. Évelyne Sullerot en France ou Betty Friedan aux États-Unis rappellent ainsi, dans la continuité du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, qu’on ne naît pas femme mais qu’on le devient, et soulignent l’importance des instances de socialisation dans ce travail de formatage, au premier rang desquelles les médias. 

Cinquante ans plus tard, où en est-on ? Si l’étau des assignations genrées s’est desserré — en témoignent une plus grande égalité entre hommes et femmes, tout au moins  en Occident, et une définition plus large des sexualités —, la place et le rôle des médias dans la société se sont accrus, rendant leur analyse plus que jamais nécessaire. 

En effet, les derniers chiffres de l’Insee révèlent que 96,3 % des ménages sont aujourd’hui équipés d’un téléviseur, 93,6 % d’un téléphone portable (100 % pour les individus entre 16 et 24 ans), 81,1 % d’un ordinateur (94,1 % des 25 - 39 ans), tandis que 81,7 % disposent d’une connexion Internet et ce chiffre passe à plus de 90 % pour les 16 - 59 ans. Ajoutons que les Français et les Françaises ont en moyenne 44 contacts médias par jour, un chiffre considérable et en constante augmentation depuis l’apparition de nouveaux appareils (smartphones, tablettes...) et de nouveaux usages comme la VOD ou le replay.

Omniprésents dans notre vie quotidienne, les médias participent plus que jamais des processus de socialisation des individus : ils fixent le cadre de ce qui est visible, audible, voire dicible.

Le premier geste en se réveillant le matin ne consiste-t-il pas à jeter un coup d’œil sur son portable pour accéder à l’information via les réseaux sociaux ou les sites en ligne des journaux, puis à écouter la radio en prenant son petit-déjeuner ou sa douche ? Si la télévision prend le relai pour les uns et les unes, les autres, en quittant leur domicile pour aller travailler, voient s’étaler les affiches sur les murs et les panneaux consacrés, tandis que la lecture des gratuits les accompagne dans les transports en commun. Omniprésents dans notre vie quotidienne, les médias participent plus que jamais des processus de socialisation des individus : ils fixent le cadre de ce qui est visible, audible, voire dicible.

Si le genre est une représentation, analyse la féministe, la représentation du genre est sa construction.

Pour le philosophe Michel Foucault, à l’instar de la famille, de l’école ou des tribunaux, les médias contribuent à l’imposition des normes qui structurent la société... tout en prétendant n’en être que le reflet. Les médias sont des « technologies du pouvoir »(1). Prolongeant sa réflexion, Teresa de Lauretis(2) parle à leur propos de « technologies de genre » : si le genre est une représentation, analyse la féministe, la représentation du genre est sa construction. Comprendre comment la représentation du genre est construite par une technologie donnée est alors considéré comme une étape prioritaire du programme de recherche établi par la chercheuse, les médias étant au cœur de ce processus.

Zoom sur l’info : la femme (presque) invisible

« Les médias n’existent pas », ai-je coutume de dire à mes étudiantes et étudiants. En effet, qu’y a-t-il de commun entre un épisode de Capitaine Marleau et un débat politique ? Entre un tutoriel de maquillage et un blog politique ? Entre la retransmission d’un match de foot et The Voice ? Entre Causeur et Causette ? Laissant provisoirement de côté les différences de support (support digital, TV, radio, presse...), nous nous intéresserons aux caractéristiques du discours des médias. Suivant François Jost(3), distinguons entre le « pour de faux » de la fiction (Capitaine Marleau, par exemple), le « pour rire » du divertissement (The Voice) et le « pour de vrai » qui fonde le discours d’information (comme dans les blogs politiques) et sur lequel nous centrerons notre réflexion. Les métaphores du « miroir social » et du « reflet de la réalité » disent assez l’ambition de branchement direct sur le réel qui fonde sa légitimité. 

Ce « miroir » que nous tendent les médias révèle un monde avant tout masculin.


Le Global Media Monitoring Project (GMMP) est une enquête mondiale diligentée tous les cinq ans et analysant sous l’angle des sexo-spécificités, un jour donné de l’année, le plus grand nombre de médias d’information possible dans le monde. La cinquième et dernière enquête date de 2015 : elle porte sur 114 pays totalisant 82 % de la population mondiale, analyse 22 136 reportages, 2 030 médias différents, mobilise 26 010 journalistes, mettant en scène 45 402 personnes. Au-delà des chiffres à donner le tournis mais qui permettent de mesurer l’ampleur du corpus, quelques résultats sont mis en avant : seuls 24 % des sujets des nouvelles sont des femmes, un ratio qui n’a pas bougé depuis l’enquête de 2010. Ce « miroir » que nous tendent les médias révèle donc un monde avant tout masculin. 

Les femmes sont plus que les hommes caractérisées par leur apparence physique, leur âge et leur situation familiale : biologisées, elles sont ainsi renvoyées à leur supposée « nature ».

Sur un plan plus qualitatif, l’étude révèle que les femmes sont plus que les hommes caractérisées par leur apparence physique, leur âge et leur situation familiale : biologisées, elles sont ainsi renvoyées à leur supposée « nature ». Elles sont en outre fréquemment identifiées par leur seul prénom, y compris s’agissant de femmes en situation professionnelle et de responsabilité : il y est question de « Marine », « Ségolène » ou « Najat », mais plus rarement de « François », « Édouard » ou « Emmanuel ». Or, si l’usage du prénom est de règle dans l’espace privé, son usage dans l’espace public contribue à décrédibiliser les femmes. Enfin, les femmes sont plus que les hommes présentées comme victimes, même dans des situations comme des attentats ou des catastrophes naturelles qui frappent les individus sans distinction de sexe : la vulnérabilité des femmes fait partie des poncifs de représentation. 

Global Monitoring Project, 2015.

Ajoutons que 83 % des experts sollicités sont des hommes, que les hommes représentent 70 % des sources d’informations et 70 % des porte-paroles. La parole d’autorité reste un monopole masculin. Cette formidable sous-représentation des femmes parmi les experts et expertes a d’ailleurs été perçue comme emblématique de la question plus globale de la représentation des femmes dans les médias au point qu’un rapport complet (réalisé par Michèle Reiser et Brigitte Grésy) lui a été consacré en 2011 et qu’un annuaire des femmes expertes a été constitué et mis à la disposition des rédactions afin de susciter leur prise de conscience et de mettre fin à cette situation (Les Expertes France). 

Homme politique, femme ménagère : des stéréotypes persistants

Arrêtons-nous sur un reportage diffusé le jour d’observation mondiale des médias choisi par le Global Media Monitoring Project sur la chaîne locale « Télé Toulouse » (aujourd’hui disparue). En ce 25 mars 2015, se déroule en France la campagne pour les élections départementales où, pour la première fois, les électeurs et électrices sont appelés à voter pour des binômes paritaires. On ne pouvait rêver meilleur test ! Le reportage se déroule sur un marché de plein vent dans un quartier populaire de la ville : un classique des campagnes électorales, qui consiste pour les candidat.es à aller à la rencontre de leurs concitoyennes et citoyens pour briguer leurs suffrages. 

Or, alors qu’il y a autant d’hommes candidats que de femmes candidates, et que ces dernières sont effectivement présentes sur le marché, ce reportage ne donne la parole qu’aux candidats. Les seules femmes interviewées le sont dans le cadre de micro-trottoirs : cabas au bras, elles font leur marché et donnent leur point de vue sur la campagne. Hommes politiques et identifiés par leur nom, femmes ménagères et anonymes : les stéréotypes ont la vie dure.

Les médias ne retranscrivent pas fidèlement un monde qui existerait en-dehors d’eux, ils l’interprètent.

Les médias ne retranscrivent pas fidèlement un monde qui existerait en-dehors d’eux, ils l’interprètent. Cette construction renvoie à leur vision du monde autant qu’à la réalité dont ils sont censés rendre compte. Le Chat de Geluck dit qu’en lisant le journal, les gens croient apprendre ce qui se passe dans le monde alors qu’en réalité, ils n’apprennent que ce qui se passe dans le journal. Il n’a pas tout à fait tort !

Les médias, des entreprises sexistes ?

Si le sexisme peut être défini comme une attitude de discrimination fondée sur le sexe, spécifiquement à l’égard du sexe féminin, la teneur du discours d’information analysé ci-dessus ne laisse pas de doute. Pas plus que l’organisation des entreprises médiatiques, pourtant largement féminisées : en 2016, les femmes représentent près de 50 % des journalistes et depuis 2017, elles sont plus nombreuses que les hommes parmi les premières demandes de cartes de presse.

Les professionnelles des médias sont victimes d’une double ségrégation verticale et horizontale, pour reprendre le jargon des sociologues.

Mais, comme ailleurs dans le monde du travail, les professionnelles des médias sont victimes d’une double ségrégation verticale et horizontale, pour reprendre le jargon des sociologues. Ségrégation verticale : moins bien payées, elles sont sur-représentées dans les emplois précaires et parmi les bas salaires : c’est le fameux « plancher collant » dont parlent les Canadiennes et les Canadiens. Elles sont, en revanche, sous-représentées dans les postes  à responsabilité et les plus rémunérés : c’est le bien connu « plafond de verre ». 

Pour ce qui est de la ségrégation horizontale, comme dans les autres secteurs de la société, les journalistes femmes travaillent d’abord dans des secteurs considérés comme le prolongement dans la vie publique de leurs compétences domestiques. Elles sont majoritaires dans la presse féminine et pour enfants ; et dans les médias généralistes, elles sont souvent en charge des rubriques liées à la santé ou à l’éducation, tandis que la politique, la défense, les relations internationales et le sport restent fortement masculinisés. 

« Physique de radio » et « matimâles » radiophoniques

Ce sexisme systémique est également perceptible à un autre niveau. L’importance de l’image à la télévision y a conforté un « usage » des femmes conforme à leur assignation dans la société patriarcale, où il importe d’abord que celles-ci soient agréables à regarder (on se souvient des emblématiques speakerines !). L’expression « physique de radio » pour désigner celles qui dérogeraient à cet impératif est révélatrice : la journaliste Élisabeth Quin (par ailleurs fort jolie) dit avoir été ainsi qualifiée par un collègue lui conseillant d’abandonner ses rêves de télévision. Elle a eu raison de ne pas l’écouter : elle est aujourd’hui aux manettes du 28 Minutes d’Arte.

L’importance de l’image à la télévision y a conforté un « usage » des femmes conforme à leur assignation dans la société patriarcale, où il importe d’abord que celles-ci soient agréables à regarder.

Une rapide comparaison entre les journalistes en charge des journaux d’information télévisés permet le constat de femmes conformes aux critères de beauté dans la société occidentale : elles sont en général minces et élancées, le teint clair, les cheveux lisses et longs et, surtout jeunes. Ainsi d’Anne-Sophie Lapix sur France 2, d’Anne-Claire Coudray sur TF1, d’Ophélie Meunier sur M6, etc. Cette dernière contrainte semble beaucoup moins forte s’agissant des hommes : que l’on songe à William Leymergie, qui a présenté Télématin (France 2) jusqu’à l’âge de 70 ans, ou à Jean-Pierre Pernaud, toujours en charge du Journal de 13 heures de TF1 à 68 ans passés. Lié à la prégnance de l’image, l’impératif de jeunesse, associé aux impératifs physiques précédemment évoqués, pèse d’abord sur les femmes : le « male gaze  (regard masculin) dénoncé par Laura Mulvey (Visual Pleasure and Narrative Cinema) reste d’actualité : notre culture visuelle nous impose d’adopter sur les femmes le point de vue des hommes hétérosexuels.

Notre culture visuelle nous impose d’adopter sur les femmes le point de vue des hommes hétérosexuels.

La voix constitue, quant à elle, un vecteur de communication privilégié à la radio. Le caractère présumé aigu des voix de femmes a longtemps été prétexte à leur éviction des antennes, en particulier s’agissant du discours d’information : elles n’y auraient pas été crédibles. Leur absence des matinales radiophoniques à plus forte audience sont un héritage de ce sexisme (notons d’ailleurs que les femmes sont également minoritaires parmi les invités et invitées des matinales). En effet, en dépit de l’arrivée récente de Léa Salamé aux côtés de Nicolas Demorand sur les antennes de France Inter, les matinales des grandes radios généralistes ont toujours été présentées par des hommes : à l’heure actuelle, Nikos Aliagas pour Europe 1, Yves Calvi pour RTL et Jean-Jacques Bourdin pour RMC. Matinales ou « matimâles » ?

#MeToo et après ?

Depuis plus de 20 ans, les enquêtes se suivent et effectuent le constat ad nauseam des inégalités femmes-hommes dans les médias, sans que la donne n’en soit bouleversée. Michel Foucault, cité plus haut, rappelle que les technologies de pouvoir se caractérisent par leur inertie, que la résistance au changement est leur force.

Conscients qu’ils ont tout à gagner à une plus juste représentation des hommes et des femmes, certains médias se sont engagés dans un processus d’autorégulation.

On ne saurait cependant prendre prétexte de ce constat pour renoncer à faire bouger les lignes. La société est traversée de tensions et les rapports de force évoluent. Les pouvoirs publics ont édicté un certain nombre de règles visant à une plus grande égalité entre les femmes et les hommes et le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) en particulier doit veiller à leur appropriation par les médias audiovisuels. Conscients qu’ils ont tout à gagner à une plus juste représentation des hommes et des femmes, certains médias se sont engagés dans un processus d’autorégulation et certaines professionnelles, se sont regroupées pour peser dans la balance (Prenons la Une, etc.) Et sur le terrain, les associations féministes veillent (La Meute...).

Enfin, on peut espérer que l’affaire Weinstein et ses ondes de choc (le phénomène #MeToo sur les réseaux sociaux...) — avec le rôle central joué par les médias dans la publicisation de l’événement — permettront une prise de conscience salutaire à la fois du côté des rédactions s’engageant à modifier leurs pratiques et du côté des citoyens et citoyennes refusant de cautionner les représentations sexistes. La prochaine étude du GMMP, en 2020, permettra sans nul doute d’apporter des éléments de réponse.
 

(1)

Michel FOUCAULT, Dits et Ecrits 1954-1988, Tome 4 -1981-1988, Paris, Gallimard, 1994)

(2)

Teresa DE LAURETIS, Théorie queer et cultures populaires : de Foucault à Cronenberg, Paris,  La Dispute, 2007

(3)

« François JOST, « La promesse des genres », Réseaux, 81/1997, p.11-31

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

Autres épisodes de la série

Les femmes dans la fiction TV française, une histoire à éclipses

Quel meilleur genre que la fiction pour observer... les représentations du genre sur le petit écran ! Synthèse de la production fictionnelle télévisée française des dernières décennies, au prisme des rapports de sexe et des stéréotypes. Une famille très diverse où les représentations évoluent en dents de scie.

Féminisation du journalisme : encore un effort pour la parité et l’égalité !

La féminisation des rédactions, tous supports médiatiques confondus, est réelle depuis quelques années. Oui, mais... cette féminisation ne veut pas dire totales égalité et parité. Des hiérarchies, des clivages, des stéréotypes genrés perdurent. Mais les femmes journalistes se sont emparées de leur cause !