Nikos
 
Smyrnaios

Né à Athènes en 1976, Nikos Smyrnaios a obtenu son doctorat en sciences de l'information et de la communication en 2005 à l'université Grenoble-III.

Actuellement il est maître de conférences à l'IUT A de l'université Toulouse-III et membre du Laboratoire d'études et de recherches appliquées en sciences sociales.

 Ses travaux et publications portent essentiellement sur les enjeux socioéconomiques et techniques de l'internet. Il est l'auteur de Les GAFAM contre l'internet. Une économie politique du numérique (INA Éditions, 2017)

 Il est membre de l’Observatoire des mutations des industries culturelles (OMIC) et du Réseau d’études sur le journalisme (REJ).

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Born in Athens, Greece, in 1976, Nikos Smyrnaios received his Ph.D. in Communication and Media Studies in 2005 at the University of Grenoble-III.

Currently he teaches at the University of Toulouse-III and is a member of the Laboratory of studies and applied research in social sciences (LERASS).

 His research and publications focus on the socioeconomic and technical issues of the internet. He is the author of Internet Oligopoly. The Corporate Takeover of Our Digital World, Emerald Publishing Limited, 2018.

 He is a member of the Observatory of the cultural industries (OMIC) as well as of the Network of research on journalisme (REJ).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publications dans la Revue des médias

Régulation de la parole politique en ligne : les deux modèles antinomiques de Twitter et de Facebook

Les vives tensions de ces dernières semaines entre Donald Trump et Twitter, puis la pression exercée par la campagne #StopHateForProfit sur Facebook font resurgir la délicate question de  la modération de la parole politique sur les réseaux sociaux. Qui décide, et comment, de ce qui est visible dans l’espace public numérique ?

Après l’affaire Griveaux-Pavlenski, plaidoyer socio-historique pour la préservation de l’anonymat et du pseudonymat

La publication d’une « sextape » attribuée à Benjamin Griveaux, dont sont soupçonnés Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo, a fait ressurgir le vieux débat de l’anonymat et du pseudonymat en ligne. Malgré des abus possibles, ces formes d’expression historiques doivent être sauvegardées. Nikos Smyrnaios, maître de conférences et contributeur à la revue des médias, livre un plaidoyer en faveur de l’anonymat et du pseudonymat en ligne.

Les réseaux sociaux, outils de révolte à double tranchant

Depuis les « printemps arabes », de nombreux soulèvements populaires ont fait irruption de par le monde, s’appuyant notamment sur les réseaux socio-numériques. La chercheuse Zeynep Tufekci analyse, dans son livre Twitter et les gaz lacrymogènes, les forces et fragilités de cette contestation connectée.