Le magazine qui analyse les mutations des médias

La Fronde, édition du 10 décembre 1897, microfilm, Bibiothèque nationale de France (BnF).

© Crédits photo : La Fronde, microfilm, Bibiothèque nationale de France (BnF).

La Fronde (1897-1903), premier quotidien français 100% féminin

Une journaliste du Figaro, Marguerite Durand, se rend au Congrès international des femmes, à Paris, en avril 1896. On lui a passé commande d’un article satirique, elle rentre convaincue de la nécessité de fonder son propre journal. Ce sera La Fronde, quotidien national d’informations générales, qui ne compte aucun homme dans ses effectifs, brave les sarcasmes et parvient à exister six années durant. Un titre à retrouver dans l’exposition « Parisiennes citoyennes ! » qui s’ouvre le 28 septembre au musée Carnavalet, à Paris.

Séries TV : le coffret DVD, revanche d’un ringard

Par habitude ou par passion, les coffrets de séries télévisées gardent, plus souvent qu’on ne croit, une place sur les étagères et meubles TV. Leur présence physique peut apparaître rassurante face à la volatilité des catalogues numériques et permet de créer des moments ritualisés, nous explique le sociologue Quentin Gilliotte.

Ne passez pas à côté de nos analyses

Pour ne rien rater de l’analyse des médias par nos experts,
abonnez-vous gratuitement aux alertes La Revue des médias.

Retrouvez-nous sur vos réseaux sociaux favoris

Informer sans porter atteinte à la dignité : comment les médias montrent les victimes de guerre

Corps parsemés dans les rues, civils exécutés les mains liées dans le dos… Ces photos et vidéos témoignent de l’horreur de la guerre en Ukraine et ont fait le tour des journaux et des JT. Alors que ces images sont en libre diffusion sur internet et les réseaux sociaux, comment les médias français définissent-ils ce qui est montrable et ce qui ne l’est pas ?

Portraits d’auteurs

Charles
 
Thibout

Chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)

Isabelle
 
Duriez

Journaliste

Ophélie
 
Surcouf

Journaliste indépendante

Cécile
 
Méadel

Professeure à l'université Paris-II et directrice du CARISM

Sébastien
 
Mort

Maître de conférences à l’université de Lorraine